OVNI ROND SUR LA MEUSE

valensole6 illustration

Observation Ovni 2016: le 07/08 � 22h05 – objet rond de couleur blancheUn phénomène ovni surprenant – 55130 – Meuse (d�p.55)

Pr�nom ou pseudo : marsouin55

Ville: 55130
D�partement: Meuse (d�p.55)
R�gion: Lorraine
Pays:
Date: 07/08/2016
Heure du d�but de l’observation: 22h05
Dur�e de l’observation: 10 secondes

Conditions m�t�o: ciel d�gag�
Nombre de t�moins: 2
Type de ph�nom�ne: objet rond de couleur blancheUn ph�nom�ne ovni surprenant
Signalement officiel: Non�

R�cit complet de l’observation:

bonsoir,

Hier soir, comme presque tous les soirs de cet �t�, et surtout quand le temps s’y pr�te, nous profitons, moi et ma compagne du grand air et nous sommes donc dehors � regarder tout et rien; mais moi je scrute toujours le ciel (surtout apr�s la premier ovni que j’ai photographi� en 2012 et dont j’ai d�pos� ici m�me sur le forum) … quand aux alentours de 22h05 (lumi�re de rue �teinte � 22h00) j’ai aper�u une boule blanche qui se d�pla�ait dans le ciel.
cette boule avan�ait assez rapidement et j’ai dit � ma compagne : « regarde ce doit �tre un satellite ou peut-�tre la station « ; nous observions donc cette boule blanche qui progressait …. quand tout � coup « elle » a �subitement disparue du ciel !
ce ne pouvait donc pas �tre : ni la station et ni un satellite !!! ?
direction du d�placement �: �Sud – Nord
observation faite � 22h05, 22h10 en direction de l’Ouest (cette boule par rapport au quartier de lune �tait � sa droite
temps de l’observation : environ une dizaine de secondes
grosseur de cette boule �: bien plus gros qu’une �toile
couleur �: �blanche, mais comme un blanc laiteux

H�las, je n’avais pas pris le cam�scope !
…. et pour vous, c’�tait quoi ?

Description pr�cise:
Couleur:
Taille du ph�nom�ne:
Comportement:
Trajectoire: non – pr�cis�
Bruit sp�cifique: non pr�cis��
Odeur sp�cifique: non pr�cis��
Direction de l’objet en fonction du vent: non pr�cis�
Pr�sence d�installations: non pr�cis�
Photo semblable: non pr�cis�
Tableau: non pr�cis��

Enqu�te de terrain demand�e: � pr�ciser�
Enqu�teur en charge du dossier:

Mots cl�s : Ovni,Ufo, Ufologie, T�moignagesobjet rond de couleur blanche, Lorraine, , 22h05, 07, objet rond de couleur blanche,

Je certifie sur l’honneur l’exactitude des renseignements communiqu�s et l’authenticit� des documents fournis. Je ne sais pas identifier ce ph�nom�ne merci � l’avance pour vos r�ponses. � pr�ciser�

Cordialement marsouin55

NOTRE UNIVERS EST ISOTROPE

Une récente analyse détaillée du fond diffus cosmologiste (CMB) amène les chercheurs à confirmer que l’Univers est officiellement isotrope. En d’autres termes, l’Univers est homogène et ne privilégie aucune direction.

trou-noir-espace-2-660x372

C’est confirmé, l’Univers est bien homogène et uniforme. Les chances qu’il ne le soit pas dans la totalité de ses 93 milliards d’années-lumière observables sont infimes : environ une sur 121.000. Telles sont les conclusions d’une équipe de chercheurs de l’University College et de l’Imperial College de Londres, qui ont analysé les mesures du fond diffus cosmologique via les données du satellite Planck de 2009 à 2013, interprétant le comportement de la lumière à l’aube de notre ère cosmique.

Vues de Terre, lorsque vous levez les yeux au ciel, les étoiles et les galaxies ne semblent pas distribuées de manière homogène. Bien évidemment, compliqué pour une espèce habitant un petit point bleu pâle dans une petite galaxie insignifiante – de discerner ce à quoi ressemble l’espace-temps à grande échelle. Mais en prenant du recul, beaucoup de recul, chacun pourrait rendre compte que la description de l’Univers est identique dans toutes les directions de l’espace.

Si l’univers était en expansion à des vitesses différentes selon des directions différentes, il aurait en effet laissé des signes avant-coureurs sur le CMB, étirant le rayonnement dans une direction préférentielle aux longueurs d’onde plus longues que d’autres. De même, si l’univers était en rotation autour d’un axe particulier – comme la Terre – des motifs en spirales auraient été détectés. Or, les chercheurs n’ont repéré aucune trace. L’analyse, détaillée dans une étude publiée mercredi dans Physical Review Letters, confirme donc la théorie : nous serions tous perdus dans un Univers isotrope. Impossible de s’orienter dans l’espace à grande échelle.

« Ce travail est important à plus d’un titre, puisqu’il teste l’une des hypothèses fondamentales sur lesquelles presque tous les calculs cosmologiques sont fondés: Que l’univers est le même dans toutes les directions. Si cette hypothèse était mise à mal, que notre univers privilégiait une direction plutôt qu’une autre, il faudrait repenser les bases même de la cosmologie » explique le Dr Stephen Feeney, le principal investigateur.

Ainsi, cette étude vient clore ce vieux débat lancé par Copernic il y a plusieurs siècles. Il soulève néanmoins d’autres questions. Si l’univers n’a en effet pas de centre, cela sous-entend-il que chacun d’entre nous est le centre de l’univers ? Au-delà de l’horizon cosmologique, rien ne nous permet d’affirmer à quoi ressemble exactement l’univers. Ce pourrait-il alors que ce dernier ne soit, quant à lui, qu’un multivers inhomogène et anisotrope ?

Source : https://arxiv.org/abs/1605.07178
Par Brice Louvet 28 septembre 2016

L’article ici : http://sciencepost.fr/2016/09/cest-confirme-vivons-univers-isotrope/

DES RIVIERES SUR MARS

La présence de ravins alignés et sinueux, formés dans le sol gelé de la planète rouge, serait le témoin de probables écoulements situés à 150 mètres sous la surface, dont les auteurs déduisent l’existence en se basant sur l’observation de reliefs similaires sur Terre dans l’arctique canadien, ainsi que sur une modélisation numérique. Un ancien dépôt de poussière aurait fait office de couche isolante et favorisé ainsi la fonte du sol gelé sous-jacent. L’eau liquide ainsi créée aurait engendré un vaste réseau de rivières souterraines qui se serait maintenu même si les conditions thermodynamiques de pression et de température n’étaient pas forcément favorables en surface. Ces rivières seraient  apparues il y a quelques milliers à quelques millions d’années : l’hypothèse qu’elles puissent encore exister aujourd’hui n’est pas totalement écartée. Ce résultat est paru en ligne sur le site de la revue Geomorphology.

Ces travaux sont soutenus par le CNES et le PNP du CNRS-INSU.

rivieres-sur-mars

OVNI OVALE LUMINEUX SUR LEMPDES

Observation Ovni 2016: le 28/09 à 20h  – Ovale gris f points lumineux deux côté – Lempdes – Puy-de-Dôme (dép.63)

Prénom ou pseudo : Chris

Ville: Lempdes
Département: Puy-de-Dôme (dép.63)
Région: Auvergne
Pays: France
Date: 28/09/2016
Heure du début de l’observation: 20h
Durée de l’observation: 2 secondes

Conditions météo: Nuageux
Nombre de témoins: 2
Type de phénomène: Ovale gris f points lumineux deux côté
Signalement officiel: Non

Récit complet de l’observation:

Bonsoir, je parle au nom d’un ami fiable (Ancien militaire.) et de sa copine qui vu dans le ciel de Lempdes (Puy de Dôme, Auvergne.) un PAN de forme ovale, gris foncé sur le milieu, avec deux lumières très vives sur chaque côté de l’objet.

Il étaient situé au Drive du Mc Donald de Lempdes, et l’objet est allé à une vitesse très rapide en direction de Pont du Château.

Condition météo du moment nuageuse, pas de bang sonique.

Nous nous recontacterons demain en début de matinée, il se manifestera si vous avez besoin d’autres informations.

La copine de Chris a fait un croquis ce soir, s’il ne part pas de chez eux, il partira de chez moi.

Ah et pour info j’ai pas mal fréquenté le site aussi. Razz

Au plaisir de me poser des questions probablement sans réponses parmi vous!

Description précise: Ovale, gris foncé au milieu et deux points blancs très lumineux.
Couleur: Gris avec deux lumières blanches très vives.
Taille du phénomène:
Comportement: Ligne droite très rapide observé du drive du Mc Do de Lempdes (Point d’observation.) vers Pont du Chateau par temps couvert.
Trajectoire: non – précisé
Bruit spécifique: Non
Odeur spécifique: Non
Direction de l’objet en fonction du vent: je ne sais pas
Présence d’installations: Zone commerciale Zone commerciale plus zone résidentielle derrière
Photo semblable: non précisé
Tableau: non précisé

ovni

Enquête de terrain demandée:
Enquêteur en charge du dossier:

Mots clés : Ovni,Ufo, Ufologie, TémoignagesOvale gris f points lumineux deux côté, Auvergne, France, 20h , 28, Ovale gris f points lumineux deux côté,

Je certifie sur l’honneur l’exactitude des renseignements communiqués et l’authenticité des documents fournis. Je ne sais pas identifier ce phénomène merci à l’avance pour vos réponses.

Cordialement Chris

Une météorite de 29 tonnes

meteorite-argentine

Une météorite ferreuse de près de 30 tonnes a été mise au jour dans le Nord de l’Argentine. Elle est la deuxième plus grosse jamais découverte dans le monde.

Il y a environ 4 milliers d’années, de très nombreuses météorites frappaient cette région. C’est donc dans la province de Chaco (d’où vient son nom de baptême) que la météorite ferreuse a été déterrée. D’après les autorités, elle serait la deuxième plus grande météorite du monde jamais découverte, après Hoba, mise au jours en Namibi au début du XXe siècle. Cette dernière pesait 50 tonnes.

ENSEMENCER POUR SEMER LA VIE SPATIAL

Bien que nous ayons de forts soupçons, nous ne savons toujours pas si la vie existe vraiment sur d’autres planètes. Dans ce contexte, la proposition de ce chercheur allemand apparait insolite : accélérer le développement de la vie sur des exoplanètes habitables en leur envoyant des capsules renfermant des microbes prélevés sur la Terre.

Claudius Gros est un chercheur d’une cinquantaine d’années enseignant à l’Université Johann Wolfgang Goethe, située à Francfort-sur-le-Main (Allemagne). Ce « docteur » en physique théorique de la matière condensée se passionne néanmoins pour d’autres disciplines telles que l’astrophysique, l’astrobiologie et la planétologie.

Selon ce scientifique, l’humanité de devrait pas se placer dans l’attente d’une manifestation de la vie sur d’autres planètes habitables. Claudius Gros estime qu’il s’agirait là d’une erreur et que les humains devraient directement s’impliquer dans le développement de la vie sur ces exoplanètes.

Il faudrait tout d’abord mettre au point des sondes robotiques autonomes ayant la capacité de détecter si la vie est possible sur des exoplanètes, et dans le cas où les conditions sont favorables, ces sondes pourraient libérer des microbes terrestres dans leur atmosphère. Il est possible d’assimiler un tel acte à celui de planter une graine afin d’obtenir une plante. Ainsi, l’idée serait de « forcer la main » du destin sur des planètes où la vie n’a pas encore émergé.

Une question cruciale se pose : quels organismes envoyer sur ces planètes ? Les sondes évoquées plus haut devront, selon Claudius Gros, avoir la capacité de synthétiser des organismes unicellulaires datant d’avant l’explosion cambrienne (il y a entre 542 et 530 Ma), synonyme de l’apparition de nombreux organismes multicellulaires incarnés par diverses espèces animales, végétales et bactériennes, alors qu’avant cela, seuls des organismes unicellulaires peuplaient la Terre, parfois regroupés en colonies.

Revenons à notre sonde qui larguerait des microbes sur des exoplanètes potentiellement habitables. Celle-ci, après la première étape de sa mission, resterait en orbite autour de la planète en question afin de continuer d’acheminer des capsules contenant des microbes terrestres. Le but serait ainsi d’accélérer le développement de la vie de façon continue et exponentielle.

L’idée semble insolite mais est très sérieusement défendue par Claudius Gros, un personnage apprécié de la communauté scientifique internationale. Il n’est d’ailleurs pas très étonnant que de telles idées puissent germer, puisque de nombreuses personnes pensent que la Terre aurait été ensemencée de la même façon, une théorie apparaissant également dans le film Prometheus, sorti sur les écrans en 2012.

Sources :
The Atlantic : http://www.theatlantic.com/science/archive/2016/08/genesis-missions/497258/
FredZone : http://www.fredzone.org/un-chercheur-propose-de-semer-la-vie-sur-dautres-planetes-554
TechRadar : http://www.techradar.com/news/world-of-tech/playing-god-could-we-create-life-on-other-planets–1327612

Article sur : http://sciencepost.fr/2016/09/desire-semer-vie-dautres-planetes-afin-daccelerer-developpement-de-vie/

planetologie-640x489 tidepools-of-azimech-1600-933x445

LA MORT DE ROSETTA

mission-rosetta-dernier-acte-et-apres-20160930-0716-b90ae0-11x

30 septembre 2016

Rosetta, mission historique de l’ESA, s’est achevée comme prévu par un impact contrôlé de la sonde à la surface de la comète qu’elle accompagnait depuis plus de deux ans.

Le centre de contrôle de l’ESA, à Darmstadt (Allemagne), a déclaré la mission officiellement terminée à 11 h 19 temps universel (13 h 19 heure de Paris), après avoir constaté la perte du signal de Rosetta, au moment de l’impact.

Hier soir, à 20 h 50 temps universel (22 h 50 heure de Paris), Rosetta avait amorcé une trajectoire de collision avec la comète, depuis une altitude d’environ 19 km, exécutant ainsi sa dernière manœuvre. La destination ciblée était située sur le plus petit lobe de la comète 67P/Tchourioumov-Guerassimenko, à proximité d’une zone d’hébergement de fosses actives, dans la région de Ma’at.

Au cours de sa descente, Rosetta a eu l’occasion d’étudier les gaz, les poussières et le plasma à proximité directe de la surface de la comète, et de prendre des clichés à très haute résolution.

« Rosetta vient d’accomplir une nouvelle prouesse qui entrera dans l’histoire », se réjouit Jan Wörner, Directeur général de l’ESA. « Aujourd’hui, nous célébrons le succès d’une mission qui a marqué un tournant majeur pour l’exploration spatiale, qui a surpassé nos rêves les plus ambitieux, et qui s’inscrit dans la glorieuse lignée des grandes “premières” de l’ESA dans le domaine de l’exploration cométaire. »

« Grâce à un effort international colossal, qui s’est étalé sur des dizaines d’années, nous avons réussi notre mission, qui consistait à envoyer dans l’espace un laboratoire scientifique de pointe afin d’étudier de près l’évolution d’une comète dans le temps, ce qu’aucune autre mission cométaire n’avait tenté auparavant », commente Alvaro Giménez, Directeur de la Science à l’ESA.

« Cette mission n’a pas seulement été un triomphe aux plans scientifique et technique : Rosetta et son atterrisseur Philae ont également enflammé l’imagination du monde entier, et fasciné un public bien plus vaste que la communauté scientifique. C’était grisant de sentir que tant de gens étaient embarqués avec nous dans cette aventure », ajoute Mark McCaughrean, conseiller scientifique à l’ESA.

http://www.esa.int/fre/ESA_in_your_country/France/Mission_accomplie_Rosetta_termine_son_voyage_par_une_descente_magistrale_vers_sa_comete

UNE PHOTO PRECISE DU MONSTRE DU LOCH NESS

Depuis vendredi une image consi­dé­rée comme étant « très convain­cante » du plus célèbre monstre écos­sais fait le tour du web.

La légende de Nessie a plus de 15 siècles,les premières obser­va­tions du monstre du Loch Ness datent de 565. Mais depuis vendredi, le monstre a peut être montré son vrai visage ! C’est du moins ce que veulent croire les inter­nautes qui relaient le cliché capté par Ian Bremner , un photo­graphe amateur de 58 ans qui a capturé l’ani­mal dans son objec­tif lors d’une de ses fréquentes visites au célèbre lac du Loch Ness. L’homme, qui travaille dans un entre­pôt de Whisky a pris la photo depuis les bords du lac entre les villages de Dores et de Inver­fa­ri­gaig. Celle-ci n’est pas sans rappe­ler l’image des trois bosses de la suppo­sée créa­ture qui hante l’ima­gi­naire collec­tif depuis des années. C’est sans doute pour cette raison que le cliché est jugé comme étant le « plus convain­cant» du monstre du Loch Ness jamais prise.

L’heu­reux photo­graphe a déclaré au jour­nal local The Scots­man « Quand on est là-bas, tout le monde est constam­ment en train de regar­der l’eau pour voir si on peut repé­rer quelque chose …ce serait extra­or­di­naire si j’étais le premier à le photo­gra­phier ».

Malheureusement pour lui, il y a fort à parier que cette photo ne représente pas le montre mais un pois­son-chat géant, dont certains pensent qu’ils sont à l’ori­gine de la légende. Ou bien plusieurs phoques se promenant en bande sur le lac.

Article original: UNE NOUVELLE PHOTO DE NESSIE AFFOLE LA TOILE

ness-711291

OVNI BANDEAUX LUMINEUX pont st martin – Loire-Atlantique (dép.44)

Observation Ovni 2016: le 21/09 à 07h00 – OVNI  avec bandeau lumineux – pont st martin – Loire-Atlantique (dép.44)

Prénom ou pseudo : audreycarolethomas

Ville: pont st martin
Département: Loire-Atlantique (dép.44)
Région: Pays de la Loire
Pays: France
Date: 21/09/2016
Heure du début de l’observation: 07h00
Durée de l’observation: 2 min

Conditions météo: nuit dégagée
Nombre de témoins: ?
Type de phénomène: OVNI  avec bandeau lumineux
Signalement officiel: Non

Récit complet de l’observation:

je roulais et sur ma gauche j’ai vu une forme volante presque planante assez près pour me rendre compte que ça ne pouvait pas être un avion une grande lumière blanche en bandeau devant et deux grosse lumière de chaque coté le devant est plutôt courbe avec deux « cylindre » de chaque coté.

Je m’etonne encore que toutes les voitures n’est pas ralentie c’était si flagrant !!!

Description précise: forme avec lumière vive
Couleur:
Taille du phénomène: aussi gros qu’un avion je pense
Comportement: planant
Trajectoire: nord-ouest – sud-est précisé
Bruit spécifique: Non rien entendu de ma voiture
Odeur spécifique: Non
Direction de l’objet en fonction du vent: non précisé
Présence d’installations: non précisénéant
Photo semblable: non précisé
Tableau: non précisé

Enquête de terrain demandée:
Enquêteur en charge du dossier:

Mots clés : Ovni,Ufo, Ufologie, TémoignagesOVNI  avec bandeau lumineux, Pays de la Loire, France, 07h00, 21, OVNI  avec bandeau lumineux,

Je certifie sur l’honneur l’exactitude des renseignements communiqués et l’authenticité des documents fournis. Je ne sais pas identifier ce phénomène merci à l’avance pour vos réponses.

Cordialement audreycarolethomasovni

Les glaciers de Pluton

pluton-650x394

La sonde New Horizons a délivré de superbes images de Pluton lors de son passage à proximité, notamment des immenses glaciers qui recouvrent une partie de sa surface. Des chercheurs du CNRS en ont décrypté les mystères.

Jusqu’à présent, la répartition de ces différentes glaces sur Pluton restait inexpliquée. Pour mieux comprendre les processus physiques à l’œuvre sur Pluton, les chercheurs ont développé un modèle thermique de la surface de la planète naine capable de simuler les cycles de l’azote, du méthane et du monoxyde de carbone sur des milliers d’années. Ils ont ensuite comparé ce modèle aux observations fournies par la sonde New Horizons. Leur modèle montre que c’est l’équilibre solide-gaz de l’azote qui permet de le piéger sous forme de glace dans Sputnik Planum. Au fond de ce bassin, la pression de l’atmosphère – et donc de l’azote gazeux – est plus forte, et la température est plus élevée qu’à l’extérieur, ce qui permet à l’azote de s’y condenser en glace4. Les simulations montrent que la glace d’azote s’accumule inévitablement dans le bassin, formant ainsi un réservoir d’azote permanent tel qu’observé par New Horizons.

Les simulations numériques décrivent également le cycle du méthane et du monoxyde de carbone. Du fait de sa volatilité proche de celle de l’azote, la glace de monoxyde de carbone est entièrement séquestrée avec l’azote dans le bassin, conformément aux détections de New Horizons. Quant à la glace de méthane, sa plus faible volatilité aux températures régnant sur Pluton lui permet de son côté d’exister ailleurs que dans le glacier de Sputnik Planum. Le modèle montre en effet que du givre de méthane pur couvre de façon saisonnière les deux hémisphères, en accord avec les données de New Horizons.

Ce scénario montre qu’il n’y a pas besoin de connexion avec un réservoir d’azote interne pour expliquer la formation du glacier de Sputnik Planum, comme le suggéraient de précédentes études. Ce sont des principes physiques bien connus qui sont à l’origine de ce cocktail de glace sur Pluton et de sa spectaculaire activité, une des plus étonnantes du système solaire. Les chercheurs prédisent également que la pression atmosphérique est actuellement à son maximum saisonnier5 et qu’elle va diminuer dans les prochaines décennies, tandis que les givres saisonniers tendront à disparaître6.

1-Ces travaux sont soutenus par le CNES.
2-La sublimation est le passage de l’état solide à l’état gazeux.
3-L’hémisphère sud n’a pu être observé par New Horizons car il était plongé dans la nuit.
4-Ce mécanisme simple est aussi observé sur Mars (voir dernière figure).
5- L’année sur Pluton dure 248 années terrestres.
6-Le glacier est à peine modifié par le cycle saisonnier.

 http://www.insu.cnrs.fr/node/5995