LE CHOC DES ETOILES

« Ce que nous voyons dans cette « nursery » stellaire une fois apaisée est une version spatiale de la manifestation des feux d’artifice du 4 juillet, avec des « rubans » volant dans tous les sens », a souligné John Bally, l’auteur principal du travail qui décrit ce phénomène en s’appuyant sur les observations du grand réseau d’antennes millimétrique/submillimétrique de l’Atacama (ALMA).

Selon les chercheurs, quelque 100 000 ans avant notre ère, plusieurs protoétoiles sont nées dans les profondeurs du nuage moléculaire 1 d’Orion.

Du fait de la gravité, elles se sont rapprochées les unes des autres à une vitesse très élevée.

Il y a 500 ans, deux d’entre elles sont entrées en collision. Dans le contexte spatial, cet évènement spectaculaire s’est déroulé il y a très peu de temps, c’est pourquoi « le feu d’artifice » sera encore visible pendant deux siècles, d’après les scientifiques.

« Même si ces explosions préstellaires sont de courte durée, elles pourraient être relativement communes. En détruisant leur nuage parental, comme nous le voyons dans le cas du nuage moléculaire 1 d’Orion, de telles explosions permettraient de régler la cadence de la formation des étoiles dans ces nuages moléculaires gigantesques », a conclu John Bally.

https://fr.sputniknews.com/sci_tech/201704101030835676-images-collision-deux-etoiles-feu-artifice/

UNE TOUR EXTRATERRESTRE SUR MARS: VIDEO

Un objet sphérique, dont la forme est bizarre pour une planète inhabitée, a été localisé à la surface de Mars par une sonde spatiale de la NASA. C’est sans aucun doute une preuve fiable de l’existence d’une vie sur cette planète, ont immédiatement déclaré des chasseurs d’extraterrestres.

Une sphère qui projette une longue ombre sur la surface poussiéreuse de Mars a été découverte par les chasseurs de civilisations extraterrestres de la chaîne MarsMoonSpaceTV.

Ils sont convaincus que sur un cliché obtenu par la mission spatiale américaine Mars Reconnaissance Orbiter, on voit bien le sommet d’une tour construite par des extraterrestres sur la planète rouge, puisqu’une construction de la sorte ne pourrait être naturelle. Cette sphère mystérieuse a été découverte au fond d’un des plus anciens lacs asséchés de Mars, relate le Daily Mail.

« Le grand objet blanc et sphérique est immanquable. Il y a un objet sphérique massif devant nous, c’est sûr. Si vous regardez autour, sur l’image, vous ne voyez rien de semblable, la sphère elle-même sort de la surface comme un pouce. D’après l’ombre projetée, je dois dire que cet objet est non seulement large mais qu’il peut aussi avoir une certaine hauteur, c’est pourquoi il s’agit, probablement, d’une tour ».

En fait, ce n’est pas la première fois qu’une telle sphère est découverte sur la surface de la planète rouge : un précédent était arrivé au rover martien Curiosity. Les personnes ne croyant pas à la théorie de l’objet extraterrestre pensent que cette sphère est apparue suite à la fonte d’une roche en raison de l’éruption d’un volcan ou de la chute du météorite.

https://fr.sputniknews.com/sci_tech/201703271030646690-mars-complots-mars-extraterrestres/

DES GALERIES SUR LA LUNE

D’après l’examen de trous découverts récemment sur la surface lunaire, des scientifiques japonais ont constaté l’existence de plusieurs kilomètres de tunnels qui pourraient servir d’abris pour de futurs colons.

Des scientifiques japonais ont découvert que la Lune était recouverte d’énormes « rivières souterraines » dont l’origine est probablement liée au passé volcanique du satellite. Après une éruption, les coulées de lave refroidissent et se compriment formant ainsi des cavités souterraines. Du moins, c’est ainsi que des tunnels similaires se forment sur Terre.

Ces tunnels n’ont pas été retrouvés par hasard. En 2009, dans la cadre de la mission lunaire Kaguya, une sonde japonaise a repéré des trous situés dans la région volcanique de Marius Hills. En 2016, à l’aide de deux sondes lunaires de la mission GRAIL (Gravity Recovery and Interior Laboratory), la NASA a détecté des formations qui indiquent la présence de grands espaces vides sous la surface.

Pour le moment, l’hypothèse selon laquelle les tunnels auraient des origines volcaniques est la plus convaincante mais sa confirmation demandera des examens plus détaillés. Quoi qu’il en soit, des scientifiques et des futurologues estiment que ces galeries souterraines pourraient servir d’abri pour de futurs colons qui, une fois sur la Lune, auront besoin d’une protection contre les rayons cosmiques et les importantes variations de températures.

Source – https://fr.sputniknews.com/sci_tech/201703271030645888-lune-tunnels-colons/

OVNI SUR LA CHARENTE-MARITIME

Ovni en Charente-Maritime : de l’avis des internautes aux explications de l’expert


Un objet tombant à la verticale, laissant une traînée derrière lui, a été photographié par un de nos internautes ce jeudi matin à Saint-Vivien. Ce jeudi matin, un internaute a transmis à notre rédaction une photo prise à Saint-Vivien, près de Châtelaillon, à 7h45. « Un objet tombant à la verticale avec une traînée derrière lui – direction est », indiquait-il. Il s’interrogeait : « Débris de satellite ou petite météorite ? »

Nous avons publié cette photographie sur notre page Facebook afin de savoir si le phénomène avait été vu par d’autres Charentais-Maritime, mais personne ne s’est manifesté en ce sens. En revanche, nous avons eu droit à toutes sortes de témoignages, commentaires et théories, plausibles et farfelues, quant à la nature de cet objet non identifié. Extraits.

Les témoignages

« Nous aussi nous avons vu quelque chose l’année dernière à Saint-Vivien, impossible d’identifier ce que c’était, comme une grosse boule de feu qui se déplacer très vite, jusqu’à s’estomper au final. Très louche. »

« J ai vu la même chose l’année dernière sur la route Saintes-Rochefort à la même heure, ça a toujours été un mystère. »

Les commentaires « sérieux »

 » Une météorite. Par contre, je trouve très bizarre qu’il ait eu le temps de la photographier car c’est en général tellement rapide qu’on n’a pas le temps de réagir (un peu comme les étoiles filantes)… »
« Ce n’est pas un objet céleste, c’est sûr. c est humain, fusée de détresse ou autre… »
« Un fumigène ou feu de détresse tombé d’un avion »
« Un morceau de satellite »
« Déchets d’avion où quelque chose comme ça »
« Une trombe d’eau qui se forme ? »

La piste « bonhommes verts »

« Ils arrivent . . . ça commence toujours comme ça dans les films ! »
« C’est les zinzins de l’espace qui arrivent »
« Un SMS de l’espace »

la piste « sportifs et super-héros »

« C’est Lévani Botia qui s’entraîne !’
« Une frappe de Cavani »
« C’est Iron Man »
« Superman »
« Sangoku ? »

La piste « politiques »

« C’est Fillon qui redescend sur Terre »
« Il s’agit de la cote de popularité du maire de la Rochelle, bien sûr! »

Les inclassables

« Une huître supersonique »
« Un message de la Chine »
« Une 205 GTI qui va atterrir »
« Un poisson d’avril ? »

L’avis du spécialiste

Dans le même temps, nous avons transmis cette image au Rochefortais Jean-Christophe Doré, expert des phénomènes Ovni (Objets volants non identifiés) au sein de l’association UFO-sciences qui œuvre pour une approche scientifique du sujet. Il est par ailleurs responsable informatique dans une école d’enseignement supérieur rochelaise. Voici son analyse et les documents qu’il nous a transmis :

« En direction de l’Est, à cette heure là, le soleil commence à se lever. Lorsqu’il est encore bas, le rayonnement colorise en rouge orangé les nuages et les éventuelles traînées de condensation des avions »

« Il s’avère qu’à cette heure là, deux avions étaient dans le champ de vision, à des altitudes compatibles avec la génération de traînée de condensation. L’impression de chute n’est due qu’à un effet d’éloignement de l’avion. »

Source – SUD OUEST

DES EXPLOSIONS SPATIAL !!

Les astronomes de l’observatoire de rayon X Chandra (Université de Harvard aux États-Unis) ont réussi à identifier, aux confins de notre Univers, des flashs mystérieux dont la luminosité est 1 000 fois plus intense que celle de toutes les étoiles situées dans leur périmètre immédiat, écrit le journal The Independent.

Notons au passage que ces « explosions spatiales » ont été recensées dans une petite galaxie située à quelque 10,7 milliards d’années-lumière de notre planète, dans une région connue sous le nom de « champ profond de Chandra sud ».

« Il n’est pas exclu qu’on ait observé un nouveau type de cataclysme spatial. Quoi qu’il en soit, on a besoin de beaucoup plus d’observations pour pouvoir comprendre à quoi on a vraiment affaire », souligne le chercheur Kevin Schawinski (ETH, Université de Zurich).

Toujours est-il que certains chercheurs supposent d’ores et déjà que cette série d’explosions ait pu être provoquée par une étoile à neutrons, par une naine blanche ou par une étoile massive.

CÉRÈS LA FOLLE ATTITUDE

Les scientifiques ont remarqué que l’apparition d’une enveloppe gazeuse autour de Cérès coïncidait avec les périodes d’activité solaire intense.

Pendant ces périodes, le flux de particules éjectées par le soleil a pour effet de dégager du sol des molécules d’eau. Ces dernières forment une atmosphère qui disparaît plus tard, d’après les chercheurs.

UNE ATMOSPHÈRE AUTOUR D’UNE EXOPLANÈTE

Pour la première fois, une équipe internationale vient de détecter une atmosphère autour d’une exoplanète, dont la taille et la structure rocheuse sont proches de celle de notre planète.

« Il ne s’agit pas de la détection de la vie sur une autre planète, prévient d’emblée John Southwork. Mais c’est un pas dans cette direction. » La présence d’une atmosphère permettant la présence d’eau liquide en surface est un des ingrédients majeurs.

En l’occurrence, cette exoplanète, distante de trente-neuf années-lumière, est bien entourée d’un halo de gaz, mais si elle abrite de l’eau, celle-ci est surchauffée (plus de 300 °C). Et le bombardement intense de rayonnements provenant de son étoile empêche l’assemblage même des briques élémentaires de la vie. Il n’empêche, à ce jour, aucune atmosphère n’avait été détectée sur une planète aussi petite. Tous les 1,6 jour, la brillance de l’étoile, une naine rouge (son rayon fait un quart de celui de notre Soleil), est légèrement modifiée : ceci est dû au passage dans la ligne de visée de la petite planète GJ 1132b, qui occulte brièvement la lumière.

« Il est possible qu’il s’agisse d’un monde liquide, avec une atmosphère de vapeur brûlante », avance John Southworth.

Un élément notable a été pour son équipe de constater qu’une atmosphère a pu subsister après des milliards d’années de bombardement par le rayonnement issu de la naine rouge toute proche. Les naines rouges sont les étoiles les plus nombreuses de la galaxie, et très fréquemment accompagnées de planètes de la taille de la Terre, un « vivier » dont on craignait qu’il ait été systématiquement stérilisé par l’irradiation venant de leur étoile.

ENCORE UNE DESILLUSION SUR UNE VIE EXTRATERRESTRE POTENTIEL

Le nouveau système planétaire TRAPPIST-1 est actuellement au cœur de virulents débats: après avoir constaté que ses trois planètes pourraient abriter de la vie, les scientifiques font machine arrière en déclarant que le système serait inhabitable en raison d’éruptions fréquentes de plasma.

Depuis la découverte de sept planètes se trouvant hors du Système solaire, les astronomes cherchent à savoir si elles sont réellement habitables.

Les chercheurs ont analysé des données sur la luminosité de l’étoile naine obtenues par le télescope Kepler, relate la revue Science Alert. Pendant 80 jours, ils ont enregistré 42 éruptions de rayonnement à haute énergie, dont cinq ont émis plusieurs rafales d’énergie à la fois. Le temps moyen entre les éruptions était de 28 heures seulement.

Selon les scientifiques, les tempêtes géomagnétiques locales sont cent voire mille fois plus puissantes que celles qui ont lieu sur la Terre, y compris la Tempête solaire de 1859, une série d’éruptions solaires qui a produit de très nombreuses aurores boréales visibles jusque dans certaines régions tropicales, et a fortement perturbé les télécommunications par télégraphe.

D’après une étude publiée l’année dernière, il faudrait 30 000 ans pour que l’atmosphère d’une planète se stabilise après une série d’éruptions aussi puissantes.

En 2016, les astronomes ont annoncé la découverte du système TRAPPIST-1 avec trois exoplanètes potentiellement habitables. Elles tournent autour d’une étoile naine rouge qui est à une distance de 39 années-lumière de la Terre. Les corps célestes sont situés à une distance dix fois inférieure à celle qui sépare Mars et Terre.

https://fr.sputniknews.com/sci_tech/201704061030775324-trappist-systeme-planetes-non-habitable/