DES NOUVELLES SUR ROSWELL

Dans une interview encore jamais publiée, l’ancien shérif adjoint Charlie Forgus a déclaré avoir été témoin du crash de l’OVNI de Roswell survenu en 1947.

Au mois de juillet 1947, le shérif Jess Slaughter et son adjoint Charles Fogus se déplaçaient ensemble pour aller chercher un prisonnier lorsqu’ils ont entendu sur la radio de la police un rapport indiquant qu’un avion s’était écrasé.

Les deux hommes, qui se rendaient à Roswell, au Nouveau-Mexique, ont décidé de partir enquêter. Sur place, ils sont tombés sur la scène de l’un des incidents d’OVNI les plus célèbres de l’histoire.

Alors que l’armée américaine a longtemps prétendu que l’objet écrasé n’était qu’un ballon météorologique, les théoriciens de la conspiration sont persuadés qu’un engin d’origine extraterrestre s’est écrasé sur ce site et que des corps ont été récupérés.

Dans un nouveau livre, intitulé « UFOs TODAY – 70 Years of Lies, Misinformation and Government Cover-Up », Fogus révèle qu’il a vu une soucoupe volante et un personnel militaire récupérer un certain nombre de corps extraterrestres.

C’est la première fois que sa déclaration a été publiée.

Dans l’interview, il raconte qu’une soucoupe volante s’est effectivement écrasée sur le bord d’un lit de la rivière à « 100 pieds de là ».

Décrivant la scène, il raconte :

« Quand nous sommes arrivés, la terre était couverte de soldats. Ils transportaient une grosse créature. »

« Les corps devaient mesurer 5 pieds de hauteur. »

« J’ai vu les jambes et les pieds sur certains d’entre eux. Ils ressemblaient à nos pieds. »

« Leur peau était de couleur brunâtre … Comme ils avaient été exposés trop longtemps au soleil. »

« Il y avait des soldats là-bas … environ 3 ou 4 cents. »

« Nous les avons vus les traîner (les corps) là-bas, hors du canyon jusqu’à des camions … Ils les ont déposé sur des camions de remorquage afin qu’ils puissent les transporter. »

Il a dit qu’après environ 20 minutes, on leur a dit de quitter la scène. Ils sont donc repartis pour aller chercher leur prisonnier.

Interrogé sur ce qu’il a pensé de ce qu’il a vu, il a déclaré :

« Dieu n’a pas seulement créé cette planète … Il les a toutes faites. Il a mis des êtres sur ces planètes tout comme il nous a mis sur celle-ci. Ils sont plus intelligents que nous le sommes. »

« Ils peuvent venir nous voir, mais nous ne pouvons pas y arriver. »

Philip Mantle a transmis au Daily Mirror une transcription d’une interview entre le shérif du comté d’Howard, au Texas, Fogus, et l’enquêteur privé de Los Angeles, Deanna Short. Mantle est un éditeur de livres et ancien directeur des enquêtes au sein de la British UFO Research Association. Il explique :

« Deanna a enregistré l’interview en vidéo et a ensuite réalisé une transcription de l’entrevue et a complété son rapport à Agence avant de vérifier les faits à l’époque liés à Charles Forgus et au shérif Jess Slaughter – tous deux du comté de Howard , au Texas. »

« Les deux étaient sur place et ont pu observer la récupération de cet objet par l’armée. »

« Je dois noter que, selon la fille de Deanna, Mackenzie Charles, elle a fait un effort particulier pour ‘ne pas croire ce que les autres diront’, puisque lui et le shérif ont été témoins du crash de Roswell. Ils avaient entendu parler de l’accident grâce à la radio de la police ce qui leur a permis de trouver l’emplacement. »

« Il est rare qu’un nouveau témoin oculaire apporte de nouveaux éléments au sujet du crash de Roswell. »

« Lorsque vous traitez de l’incident de Roswell qui est une affaire classée, un nouveau témoignage comme celui-ci peut être précieux. »

« Cela pourrait confirmer ce que d’autres témoins ont déjà dit ou cela pourrait être un autre témoin potentiel qui a été éliminé lors de l’enquête. »

« Donc, d’une façon ou d’une autre, c’est une information inestimable. Pour l’avoir en vidéo, c’est un vrai luxe. Je reste ouvert sur le témoignage de ce monsieur, mais nous espérons qu’en le rendant public d’autres pourraient nous aider dans nos enquêtes. »

« J’ose dire que beaucoup de ceux qui en connaissent beaucoup plus que moi le sujet de l’incident de Roswell écriront que cela ne correspond pas au scénario communément admis. »

« Tout ce que je dirai, c’est que je travaille pour essayer de trouver plus d’informations et que je laisse ce ‘fichier Roswell’ à disposition. Si quelqu’un qui a lu cela a des informations concernant l’incident de Roswell, nous les invitons à entrer en contact avec nous. »

Retranscription de l’interview (en anglais) :

« Questioner: What I’m trying to do is pierce together……

CF: I was working for the Sheriff of. I was a Deputy there for Sheriff Slaughter, was back in the 40s. We went to Roswell to pick up a prisoner. When we got there, the land was covered with soldiers. They were hauling a big, a creature. Hauling him away.

What I seen of him looked just like the one we see on television, with big eyes. There was a big round thing in the canyon. It was about 100 feet across. They put that on a truck and hauled it away. They wouldn’t let us get very close to it either. So we headed up to get the prisoner in Roswell and back to.

Q: So you were on your way from to Roswell to pick up a prisoner and you happened to be at that place……

CF: It already had crashed. They were taking them out. There were soldiers there….about 3 or 4 hundred of them. They wouldn’t let you get very close. They were keeping all the people away. People were coming out there.

Q: What did the saucer (we’ll call it) look like?

CF: It was a big round thing. Across the middle it was about 100 feet.

Q: Did you see any lights around it?

CF: No, they went out when it banged into the wall in the creek. It was like a mountain on the side of the creek.

Q: Did you see any creatures: How many did you see?

CF: Yeh, I saw them. I think I seen about four (of them).

Q: Were they covered up?

CF: Mostly. I saw the legs and feet on some of them.

Q: What did the feet look like? Do you remember?

CF: They looked like our feet.

Q: Could you figure how tall they were? They were laying flat, Right?

CF: Yeh, There is one thing I do remember. The Great Father didn’t just make this planet…. He made all of them. He put beings on these planets just like he put us on this one. They’re smarter then we are. They can get from there to here, but we can’t get from here to there.

(Note: CF is rather deaf. He wears two hearing aid appliances in this ears, so he answers my questions as follows 🙂

Q: Why do you think they’re here then?

CF: I don’t know where they hauled them. They might have hauled them to the hospital or somewhere.

Q: How long were you and Sheriff Slaughter at that site after you arrived?

CF: About 30 Minutes?

Q: Did you tell anyone about it?

CF: The Army was there and military soldiers were there.

Q: Did they tell you not to say anything?

CF: No, they didn’t tell me nothing’. They wouldn’t let you get close to ‘em.

Q: Did they actually see you observing what was going on?

CF: Sure, they saw me lookin’ at them.

Q: And they didn’t tell you to not say anything…..

CF: No, They wouldn’t let us get close to them. We were about 10 away.

Q: You were that close?

CF: We might have been further away. I didn’t have glasses then, I could see pretty good.

Q: What was your official capacity then?

CF: I was a Deputy The County Seat was I was riding with the Sheriff when we went to get the prisoner.

He didn’t order nobody except me to go with him. The UFO was already down when we got there. We went and got the prisoner afterwards. We heard about it on the radio.

Q: What did you hear on the radio?

CF: That the thing had crashed.

Q: But they didn’t know what ‘the thing’ was?

CF: No. But you would think that when people hear something like this, it scares the heck out of them. This came out of the police radio. We were on the way through there (to pick up the prisoner) when we heard it on the police radio. It was a big distance from to Roswell…you can look on a map and see it.

Q: So let me ask you this. When you guys were driving down the road and you were listening to the police radio……

CF: Yeh…..

Q: Do you remember what was said on the radio about whatever it was… Do you recall?

CF: All I remember is they said that a saucer crashed out there in the canyon.

Q: They actually said the word ‘saucer’?

CF: They can call it a saucer if they want to but there ain’t a big enough cup of coffee for that thing.

Q: How long do you think you were at the site?

CF: Probably about 20 minutes. We seen them haul them (the bodies) out there, out of the canyon up to the trucks….puttin them on the tow trucks so they could haul them.

Q: Did anyone try to get you to leave the scene.

CF: No….they told the Sheriff that we had to go. That was good enough for us….He’s the boss.

Q: When they were taking the beings, we’ll call them beings, were the beings laying on the ground around the saucer?

CF: Yeh, they were lifting them up with a crane that they had and picking them up and swinging them to put them on the truck. The bodies must have been 5 feet tall.

Q: Did you see the heads?

CF: Yeh….they were covered. They eyes looked like the ones we see on television and the pictures of them.

Q: What color was the skin?

CF: As much as I could tell….the skin was a brownish color…. Like they were in the sun too long.

Q: From the time it crashed until the time you got there, do you know how much time went by? From the time you heard it on the police radio until you got there?

CF: About two hours.

Q: Did you see any writing or engraving on the saucer?

CF: I wasn’t that close to it?

Q: If you were say 12 feet away from the beings, how far were the beings away from the saucer. Were they thrown pretty far?

CF; We couldn’t see that well because of the trees. It was in a riverbank. It slammed into a river bank. I say them lifting one up with the crane.

Q: Did anyone else talk to you about what was going on?

CF: There were some solders, but I don’t think they were from the Air Force.

Q: Where do you think they were from then?

CF: I don’t know. They were wearing uniforms. I didn’t pay no attention cause I just wanted to go with the Sheriff to get the heck out of there before something happened.

Q: When you guys were in the car to go pick the guy up, did you discuss or talk about what you had seen with the Sheriff?

CF: No. I didn’t know what they were and he didn’t either or where they came from or nothin.

Q: Did you see any blood on the bodies?

CF: I don’t know…. I guess they were dead.

Q: You’re 81 years old now. When and where were you born?

CF: I was born in I don’t know what city.

Q: You have been in the army?

CF: I sure have, before I became a Deputy Sheriff.

Q: So when this thing at Roswell happened, you were already out of the Army and were a Deputy Sheriff. That happened in 1947. Now it’s 1999. That was 52 years ago, Charlie. And you still remember it clearly?

CF: Yeh, pretty clear.

Q: Has anyone ever talked to you or asked you to talk about what happened…like to the Government, cause there’s a lot of research going on now because of the cover-up.

CF: There was one that came around, and I told him to shut up and not come around. I don’t know who they were. That was when I was Deputy Sheriff.

Q: When you saw the saucer, can you remember in your mind what it looked like. Can you draw it?

CF: No….you draw it?

(Note: Charlie had the interviewer draw because he broke his arm and can’t use it). He directed her to draw a circle (not an oval). Then he directed her to draw another circle with the circle. This was a drawing of the top of the saucer. Charlie was standing on top of the opposite side of the bank of the dry creek bed where the saucer had crashed.

Q: Were you standing above it?

CF: I was standing on the back side. The saucer hit the bank on this side of the creek and I was standing on the other side of the bank, at the top of the hill. I was looking down at the site.

Q: So you had a ‘bird’s eye view‘, that’s why you were able to see the top of it?

CF: I didn’t have a ‘bird’s eye, I’ve got my own eyes (he laughs)

(showing Charlie the drawing the interviewer says « if this is the top (of the saucer), how much higher were you? »

CF: Probably about 20 feet above it.

Q: So, that’s why you saw the top (of the saucer). And you say, that from here to here (across the top of the saucer – diameter) is about 100 feet.

CF: It was evenly round.

Q: So it was absolutely round…. Not oval shaped and you were 20 feet above it, that’s why you saw the top. Did you see the fingers and hands?

CF: No, they were covered up. But I saw the head.

Q: But you said you saw the feet.

CF: Yeah, later on, when they were passing by I saw the feet. I could see them lifting it up with the crane. They wouldn’t let you close enough when they were puttin’ them into the truck. When they were liftin’ them on the crane you could see them layin’ on that thing.

Q: You said the body was covered. Were the arms layin on the stomach under the cover?

CF: When the wind blew, the cover went back so you could see the face. The same way with the feet.

Photo : Deputy Sheriff Charles H Fogus of Howard County has striking testimony (Irena Scott) »

Source
http://www.mirror.co.uk/news/weird-news/new-witness-to-roswell-ufo-10545902, 6 juin 2017

ROSWELL : LE MYSTÈRE ÉLUCIDÉ

Roswell, une ville pas comme les autres

L’armée américaine est intervenue sur place et elle a bouclé la zone. Quelques heures plus tard, la base locale a publié un communiqué de presse évoquant le crash soudain et brutal d’une soucoupe volante. Les médias se sont rapidement emparés de l’affaire et Roswell s’est alors retrouve sous les feux des projecteurs.

La base était tenue à l’époque par William H. Blanchard. Respectant le règlement à la lettre, ce dernier a fait remonter l’information au général Roger M. Ramey et ce dernier a immédiatement demandé à ce que les débris du crash soient transportés à la base de Forth Worth pour être analysés. L’armée a ensuite publié un communiqué revenant sur les déclarations précédentes et évoquant cette fois la chute d’un ballon météo.

Afin de couper court aux rumeurs, le général a demandé à ce que les photos des débris soient transmises aux médias en vue d’être publiées. Les images n’ont cependant pas fait taire les rumeurs et Roswell est rapidement devenu une référence pour de nombreux ufologues convaincus de tenir là la preuve irréfutable de l’existence d’une civilisation extraterrestre.

Plusieurs photos ont été prises à l’époque et l’une d’entre elles fait apparaître le général Roger Ramey en compagnie d’un de ses officiers, autour d’une voile censée provenir du ballon météo.

Personne n’a fait attention à cette image jusque là, mais David Rudiak a fini par remarquer un détail intéressant. Le général tenait dans sa main un mémo transmis par l’un de ses subalternes.

La vérité est peut-être dans le mémo

Ni une, ni deux, l’ufologue a décidé de faire appel à la technologie moderne et à différentes techniques de reconnaissance de caractères afin de décoder ce fameux message. Mieux, l’initiative aurait (notez le conditionnel) aurait été couronnée de succès et l’homme aurait ainsi obtenu les messages suivants après avoir appliqué divers traitements : « and the victims of the wreck » et « in the « disc » they will ship ».

Ce qui pourrait se traduire par quelque chose comme : « et les victimes de l’épave » et « dans le disque dans lequel elles voyageaient ».

Bien sûr, dans les faits, le mémo en question ressemble davantage à de la bouillie de pixels lorsqu’il est agrandi, mais certains complotistes pensent qu’il s’agit là d’une preuve irréfutable du fait que le crash n’a pas été provoqué par un ballon météo… mais par une soucoupe volante.

La bonne nouvelle, c’est qu’un anonyme a offert une récompense de dix mille dollars à celui qui parviendra à décoder le message. Du coup, si vous êtes un peu à court de liquidités, vous savez ce qu’il vous reste à faire.

Roswell : le mystère élucidé grâce à un mémo ?

 

ON A MARCHE SUR LA LUNE, VRAI OU FAUX? JE DÉTRAQUE LES DÉTRACTEURS!

Soyez les gardiens de la vérité, combattez sans relâche les promoteurs du mensonge et du dénis car il est plus dur de prouver une vérité qu’un mensonge.

Laurent T

2/12/2008

 

 

Depuis quelque temps plusieurs chaînes proposent des reportages sur le VRAI/FAUX alunissage,de quoi s’agit-il?

 

Je détracte les détracteurs

Dimanche 6 Février 2005″Planète Choc »

 

En 1969, Neil Armstrong pose le pied sur la Lune – « un petit pas pour l’homme, un grand pas pour l’humanité ». Si l’on considère les limites technologiques de l’époque et les dangers de la
mission, l’exploit est gigantesque. Pourquoi alors, tant d’années après cet événement, un nombre croissant de personnes prétendent-elles que les images de la conquête de la Lune sont fausses ?
« La vérité sur la conquête de la Lune » examine chaque théorie du complot et avec l’aide d’experts, les démonte une par une, établissant définitivement la réalité des faits grâce à l’analyse d’un
échantillon de sol lunaire issu de l’expédition Apollo XI. Minutieusement, les spécialistes trient le faux du vrai et montrent qu’en réalité,
il était plus facile de construire une fusée et de l’envoyer sur la Lune que de mettre en oeuvre une gigantesque et hasardeuse entreprise de conspiration visant à tromper toute la planète. c’est
ainsi que vous verrez la présentation de l’émission sur le web de discovery et ayant vu le reportage je peux vous affirmer que même si je ne m’étais jamais pose la question sur la véracité des
faits quel bonheur de voir de tels horreur être démontré une à une et plus je vous parlerez de ce prétendu ingenieur et de son gant atmosphérique censé prouver que l’homme n’a pu aller dans
l’espace. Alors faisons nous plaisir, quelques uns des arguments des detracteurs,nous allons les détracter avec fougue et faire taire les zététiques. LA GENESE 21 juillet 1969, Alunissage d’Apollo 11.
Durant la retransmission télévisée, Neil Amstrong et Edwin « Buzz » Aldrin
ont signalé la présence d’une lumière dans un cratère.
Deux minutes de silence suivirent, la NASA venait de censurer la suite de la communication.
Une observation de toute première importance qui explique pourquoi l’homme
a finalement abandonné ses projets de construire une base sur la Lune.
Des radio-amateurs étaient à l’écoute sur cette fréquence
et plusieurs d’entre eux ont enregistré la transmission censurée. Dimanche 6 Février 2005″Planète Choc » propose un documentaire nommé »l’espace intersidéral » « Apollo, c’est comme le couvercle de
la boîte de Pandore. Il y a assez de preuves pour me faire douter qu’un homme est vraiment marché sur la Lune » tels sont les propos de Mr X un ancien de la NASA dit-on.

 

Nasacomplot02

L’autre personne est britannique David Percy, photographe professionnel et
producteur de films qui démontre que l’éclairage des photographies d’Apollo n’aurait pas pu être obtenu ailleurs que dans un studio sur Terre. Il affirme même connaître un informateur de la NASA
qui aurait confirmé ses doutes. « Tout semble être faux, quand on regarde les enregistrements des premiers pas de L’homme sur la Lune ». « Pourquoi les événements de l’espace sont-ils dissimulés?
C’est très simple, les affaires étouffées, c’est la spécialité de la politique officielle. » Mr Y » Je regardais ce petit et ce grand pas, je me suis dit que, c’est fantastique, c’est
extraordinaire, l’homme a marché sur la Lune, je croyais ce que je voyais. Mais cela s’est-il vraiment passé, comme on nous l’a montré ?La mission Apollo est-elle une farce ? »
Selon un complot possible, « la NASA n’a pas pu atteindre la Lune et les missions ont donc été truquées. Au lieu de monter dans les fusées les astronautes auraient été emmenés dans un studio de
cinéma secret au fin fond du désert du Nevada. L’atterrissage sur la Lune, y a été filmé puis les séquences ont été envoyées à Houston ainsi qu’aux télévisions crédules du monde entier. » Dixit le
commentaire.
Les premières images transmises et qualifiées de magnifiques sont sans étoiles.

 

Nasacomplot06

 

Ben oui et sans parler avec des termes trop compliqués il ne faut pas oublier que la lune ne possède pas d’atmosphère et donc les puissants rayons solaires ne sont pas filtrés,les étoiles sont
visibles de jours comme de nuit puisqu’il n’y a pas d’air.J’ajouterai que si j’avais moi même fait le film des étoiles auraient figurées sur mon fond car j’aurais été certain dans mon esprit que
dans l’espace elles devaient êtres encore plus belles.Il est vrai que sur les documents même les plus récents vous ne trouverez aucun cliches ou film ou figure des étoiles et pour cause il faut
mettre un filtre comme pour HUBBLE. Deuxième attaque. La guerre froide faisant rage KENNEDY lance LE défi ,les enjeux sont immenses tant au point de vue économique que du point de vue de
prestige.On accuse alors la NASA:Mr Y reprend : « Cette course spatiale entraîna la mort de Grissom, Chaffee et White en 1967. Ces trois hommes sont morts calcinés dans la capsule de commande. »

 


Apollo 17
envoyé par internaaze

 

 

 » Gil Grisson était sur le point de vendre la mèche sur ce projet. Il trouvait que rien ne fonctionnait, il était très mécontent du projet Apollo. Le jour de sa mort, il a pressé un citron
sur la capsule de commande, ce qui montrait clairement son opinion. »
« Au vu des technologies, ils ne pouvaient pas tenir la promesse de Kennedy avant la fin de la décennie. Alors pour maintenir le prestige de l’industrie américaine, ils devaient simuler cet
événement. »
 » C’était un projet prestigieux qui n’aurait pas pu supporter l’échec et qui devait entraîner un énorme succès. Toute le monde savait ce que devait être le succès : une image de l’homme sur la Lune
ou alors ça devait être, et on penchait plus vers ça, « une photo de l’homme sur la lune ».Mr Y,on accuse sans preuves si j’avais fait partie de cette aventure je serais furieux d’entendre que mes
camarades sont mort parce qu’ils avaient des DOUTES,la guerre froide n’est pas terminé pour tout le monde et certains ont le cerveau cryogénisé.

Troisième attaque.

 

 

Nasacomplot17C

 

La fameuse photo avec sur la roche la lettre C, cliquez sur le lien en rapport avec la NASA et vous allez voir la véritable photo et la lettre disparaît car il s’agit d’une très probable erreur
de montage de la NASA et non pas des lettres de plateaux pour orienter je ne sais quoi! http://dayton.hq.nasa.gov/IMAGES/LARGE/GPN-2000-001123.jpg tout bonnement parce qu’il s’agit d’une erreur au montage car alors on
aurait effacé les croix de visée pour avoir des photos irréfutables.Les détracteurs inversent les rôles,une lettre apparaît sur une photo c’est la preuve que c’est un tournage,NON l’opérateur de
montage l’a oublié comme tout ses collègues passaient à travers,il n’y a pas d’étoiles c’est du FAUX,non pendant un tournage tout eu mis des étoiles est-il besoin de rappeler qu’à cette époque
nos connaissances étaient bien ridicules par rapport à aujourd’hui et tout à chacun eu commis l’erreur que nous n’aurions pas manqué de démasqué 50 ans plus tard. Mais continuons dans le
délire,La vérité sur la conquête de la lune – dimanche 16 avril à 21:55 sur DISCOVERY. Le sujet est le même mais le ton délibérément différent,l’affaire est démantelé point par point avec à la
clé démonstration en studio naturel.MrX y figure ainsi qu’un prétendu ingénieur.Ce dernier prouve que l’homme n’a pas été sur la lune et dans l’espace comme suit: »comment aurait-on pu allé sur la
lune,y faire des prélèvements et des photos alors qu’il est impossible de bougé tant il y a des différences de pression. »Pour faire court sa théorie consiste sur le fait que notre corps est
soumis à une pression de 1 bars sur terre,dans l’espace c’est le vide,il a donc fabriqué un gant dans une boite hermétique qui quand on y fait le vide,il est effectivement impossible de mouvoir
ses membres…Mais me dis-je si une pression extérieure est inférieure à la pression intérieure l’objet se détruit par aspiration comme dans les avions et donc ce monsieur oubli l’essentiel,pour
ne pas etre détruit et maintenir leur corps en l’état les combinaisons étaient pressurisés,comme les avions,et oui,voila j’ai mon diplôme d’ingénieur et de journaliste car dans le film en
question les faits sont répertoriés mais pas décriés. Le film continu par la suite à cassé l’équipe de bonimenteurs héxagénaires sur les ombres,le drapeau éclairé des deux cotés etc,etc…. Mais
laissez moi finir de planter le clou,la distance de la terre à la lune fut calculée avec un miroir laissé par les astronautes et un laser,à moins que cela aussi n’est que pure fantaisie.

Un peu d’histoire.
1959 : Luna 3 (URSS) est le premier appareil terrestre à se poser sur la lune. Premières images de la face cachée de la lune.

1966 : la sonde Luna 9 (URSS) atterrit à la surface de la Lune et renvoie les premières photos depuis le sol lunaire.

1966 : Surveyor 1 (USA) est la première sonde américaine à atterrir à la surface de la Lune.

1966 : Lunar orbiter 2 et 3 (USA) sont en orbite autour de la Lune et photographie les sites potentiels pour un alunissage d’Apollo12.

1968 : Zond 5 et 6 (URSS) sont les premières sondes à voler autour de la Lune et à revenir sur Terre.

1968 : Apollo 8 (USA) est le premier vaisseau habité placé en orbite autour de la Lune avec à son bord trois astronautes.

20 juillet 1969 : Apollo 11 (USA) est la première sonde habitée à atterrir sur la Lune. A son bord, Neil Armstrong, Edwin E. Aldrin et Michael Collins. Ils marchent sur la Lune. Collecte
d’échantillons de poussières et de roches lunaires, photos et expériences.

17 novembre 1970 : Luna 17 (URSS) : alunissage du laboratoire mobile Lunakhod 1 (qui a parcouru 10 540 m sur la Lune.

6 février 1971 : Apollo 14 (USA. Shepard et Mitchell foulent à leur tour le sol lunaire.

30 juillet 1971 : Apollo 15 (USA. Scott et Irwing sur la Lune.

21 avril 1972 : Apollo 16 (USA. Young et Duke sur la Lune.

11 décembre 1972 : Apollo 17 (USA. Cernan et Schmitt sur la Lune.

15 janvier 1973 : Luna 21 (URSS. Alunissage du laboratoire mobile Lunakhod 2 (qui a parcouru au total 37 km sur la Lune.
18 août 1976 : Luna 24 (URSS. Prélèvement d’échantillons jusqu’à une profondeur de 2 m.

1994 : Clémentine (USA) reste 70 jours durant en orbite lunaire et dresse une carte de la Lune à l’aide de ses 4 caméras.
Utilisation du laser pour mesurer l’altitude et dresser la première carte topographique.

1998 : Lunar Prospector (USA) est mis en orbite autour de la Lune pendant environ 18 mois, avec pour but d’étudier la composition de la surface, de mesurer le champ magnétique et d’analyser les
variations du champ gravitationnel de la Lune. Un des résultats les plus important s’avère être la détection de fortes concentrations d’hydrogène aux deux pôles, signe de la présence de glace dans
certains cratères dont l’intérieur n’est jamais éclairé et réchauffé par le Soleil. Incroyable mais vrai

1. Les astronautes grandissent lorsqu’ils sont dans l’espace.

2. Uranus s’est d’abord appelée George en l’honneur du roi d’Angleterre George III.

3. Neptune a été la première planète de notre système solaire découverte grâce aux mathématiques.

4. Uranus est la seule planète qui tourne sur le côté et Vénus la seule qui tourne à l’envers.

5. La première créature à voyager dans l’espace était un petit chien russe du nom de Laïka.

6. L’orbite de la Lune autour de la Terre tiendrait facilement dans le Soleil.

7. Même si les astronautes d’Apollo utilisaient un stylo spécial à gravité zéro à la fin des années 60, la rumeur selon laquelle la NASA aurait dépensé des millions de dollars pour créer un stylo
qui fonctionne dans l’espace, alors que les Russes utilisaient un crayon, n’est pas fondée.


La lune en chiffres :

Diamètre 3 476 km

Superficie 37,958 km²

Distance de la Terre 380 000 km

Température de -171 à 117° C

Rotation sur elle-même 29 j 12 h 44 mn 2,8 s

Le saviez-vous ? Le 6 février 1971, le commandant de la mission Apollo-14, cinquième homme à fouler le sol de la Lune, Alan Shepard, amusa la Terre entière en réalisant, devant les caméras de la
NASA, un coup de golf à la surface de notre satellite.

Le bons site . http://www.echodelta.net/reconquete/lune.html Comment la NASA a perdu les images de la Lune.

08-08-2006

Les habitants de la Terre avaient retenu leur souffle lorsque Neil Armstrong avait fait son premier pas sur la Lune en 1969, malgré des images brouillées et peu claires… pourtant très peu de
personnes savent que ces images avaient été tournées dans un format en haute définition, en fait, ce qui se faisait de mieux en 1969 ! La qualité des images diffusées en 1969 sont très loin de
celles des bandes vidéo originales dont on a malheureusement perdu la trace !
En 1969, le format employé pour les images originales issues de la Lune n’était pas compatible avec la technologie du réseau de télévision. Ainsi les images reçues à Parkes et Canberra en
Californie, ont été mixées sur des écrans montés devant des caméras de télévision conventionnelles, la qualité en a été fortement dégradée. Créant des images fantomatiques d’Armstrong et d’Aldrin
et de nombreux parasitages. Mais les images originales reçues à Parkes sont infiniment plus précises que celles que le grand public a pu voir en direct.

Or 37 ans après Apollo 11, on craint que les images qui ont montré la première promenade d’un homme sur la Lune et relayées vers la Terre par l’intermédiaire de trois stations relais, ne soient
plus référencées au centre de l’espace de Goddard (NASA, Maryland). Une recherche désespérée a commencé au centre pour éviter que les bandes ne soient détruites par le temps avant que l’on ne
puisse remettre la main dessus. Parmi ceux qui luttent pour retrouver ces enregistrements se trouve John Sarkissian, un scientifique de la CSIRO posté à Parkes depuis dix ans : « Nous travaillons
avec l’espoir qu’elles existent toujours » a t’il déclaré.

Les images reçues à Parkes et Canberra en Californie, ont été mixées sur des écrans montés devant des caméras de télévision conventionnelles M.Sarkissian a commencé ses recherches sur le rôle de
Parkes dans la mission Apollo 11 en 1997, avant que le film « The Dish » soit tourné. Après le tournage de « The Dish », Sarkissian a contacté ses collègues de la NASA pour poser des questions sur les
bandes, or ils lui ont dit qu’elles ne pouvaient pas être retrouvées. S’il parvient cependant à les obtenir, il propose d’en tirer des copies numériques pour montrer au monde une vision très
différente de l’histoire. Mais les chercheurs peuvent manquer de temps. Le seul équipement connu sur lequel les bandes originales peuvent être décodées est à un appareil du centre de Goddard fermé
en octobre dernier, ce qui fait que même si les bandes sont retrouvées avant qu’elles ne se détériorent, les copier risque d’être impossible. À l’origine stockées à Goddard, les bandes ont été
déplacées en 1970 aux archives national des Etats Unis. Personne ne sait pourquoi, mais en 1984 environ 700 boîtes de bandes vidéo sont retournées à Goddard. « Nous avons les documents qui prouvent
qu’elles ont été déplacées, mais personne ne connaît exactement où elles sont parties » a déclaré M.Sarkissian. La plupart des personnes impliquées ne sont plus employées à la Nasa ou sont mortes.
En outre parmi ces bandes on craint que d ‘autres enregistrements originaux des 5 missions Apollo suivantes soient perdues.

Source :smh

 

Alors vous y croyez maintenant, avis aux aux idiots qui ne respectent pas le courage et le sacrifice d’hommes et de femmes exemplaires que nous aimerions être!

 

Oui, ils ont faits tomber la lune et nous la referons tomber, mais cette fois-ci, c’est l’humanité entiére qui le fera, au nom de notre développement et non au service d’une idéologie, mais cela
est une autre histoire.

STS 48 OU LA PREUVE PAR LA PHYSIQUE

 

Le 15 septembre 1991, le vol STS-48 de la navette américaine Discovery s’est retrouvé au bon milieu d’une scène des plus étranges.

Alors que les membres d’équipage vaquaient à leurs expériences scientifiques et effectuaient les tâches qui faisaient l’objet de leur mission, une caméra, à l’arrière de la soute de la navette, filmait l’horizon terrestre en automatique et transmettait ses données au contrôle au sol.

Nombreux sont les radio-amateurs qui  » écoutent  » et  » observent  » les transmissions de ce genre de mission en direct. C’est grâce à l’un de ses sympathiques fouineurs que l’on possède aujourd’hui le film le plus  » spectaculaire  » de l’histoire de l’ufologie. De plus, même la NASA n’a pu que confirmer l’authenticité de ces images.

Ci-apres suive de longues et excellentes explications qui misent bout à bout avec l’affaire de trans-en-provence et de nancy vous donne=sts48 une preuve par l’image+trans-en-provence,un isotope et un bombardement nucleaire sur zone « trop » restreinte+nancy,le vieillissement acceleré des plantes alentours=les OVNIS existent bel et bien.
Deuxiemement pour faire simple dans l’une des preuves qui prouve qu’il ne s’agit pas de glace mais d’un objet REACTIF et donc « conscient » de son environnement,prenait un crayon et une feuille de papier:

Tracez y un point,il represente la fusee d’ajustement d’attitude vernier.

Tracez un autre point,qui lui represente le morceaux de « glace ».

Vous appuyez virtuellement sur le bouton qui declenche la fusée vernier.

Donc vous tracez une fleche qui represente la force d’impulsion de la fusée.

Dans toutes les directions ou ira votre fleche,si vous voulez qu’elle influt sur la trajectoire de votre morceaux de « glace »,la fleche doit se diriger vers l’objet!
Hors souvenez vous du mouvement de l’objet,de droite vers la gauche puis stop 0.5 secondes puis en angle vers la droite:

Comme vous le voyez,le tracez de l’objet forme un L,l’angle correspondant au pré-flash puis au flash,la trainée y est indiquée.
Vous comprenez donc sur votre feuille qu’il est impossible d’avoir insuflé un changement de trajectoire tel que celui-ci si votre tuyére de fusée n’est pas aligné avec la trajectoire de votre objet car toute trajectoire trouve son origine à la source de la force qui l’a influencée. Entre 20h00 et 20h30 GMT, un  » objet  » luisant émerge lentement de l’horizon terrestre et apparaît dans la partie inférieure droite de l’image. Il se déplace en diagonale ascendante vers le côté gauche de l’écran.

Avant cela, d’autres  » objets  » brillants avaient été visibles et suivaient des trajectoires variées.

Puis il y eut un flash lumineux qui semble provenir du coin inférieur gauche de l’écran. L’objet principal, accompagné des autres, changea brusquement de trajectoire et accéléra d’une manière vertigineuse (+ ou – 14000 G selon certains spécialistes) ! Cela ressemblait vraiment à une réaction occasionnée par le flash.

A peine une seconde plus tard, un premier trait lumineux fonçait en direction de l’objet principal, suivi de près par un second  » tir  » qui, lui, visait la position de 2 autres objets. Mais ceux-ci étaient déjà loin…

Quelques 65 secondes plus tard, l’angle de la caméra fut modifié. Celle-ci fut tournée vers l’avant de la soute et interrompit ses transmissions quelques secondes plus tard ! Mais trop tard car la scène avait été enregistrée par un  » radio-amateur  » stupéfait des images qu’il venait de voir. Ce film fit le tour de la communauté ufologique, partout dans le monde. La NASA allait devoir expliquer ce qui s’était passé.

Elle le fit publiquement un peu plus tard, le 26 juin 1992, par le biais de l’émission de Larry King (Larry King Live) sur CNN. Cette émission accueillait deux personnalités. L’une est Don Ecker, un ufologue, responsable de la revue  » UFO Magazine « . L’autre est James Oberg, ingénieur à la NASA et présent en salle de contrôle lors des  » événements « . Toutefois, ce dernier intervient en tant que personne et non au nom de la NASA. Enfin, c’est ce qu’il déclare dans l’interview.

Voici la retranscription, en français, de cette émission :INTERWIEW
Reprenons depuis le debut:

CONTEXTE

15 septembre 1991. Trois jours après son lancement pour la mission STS 48, la navette américaine Discovery filme une étrange scène grâce aux caméras embarquées à son bord. Sur l’enregistrement capté par de nombreux radioamateurs, on peut observer de mystérieux objets se déplacer étrangement, ce qui soulève vite une vague de polémiques dans les milieux ufologiques. Il s’agit de déterminer leur véritable nature parmi les différentes hypothèses proposées, d’une part par la NASA, de l’autre par les scientifiques intéressés par l’affaire. Ces deux points de vue sont exposés et expliqués par Jack Kasher, physicien et professeur d’astronomie à l’Université du Nebraska, interviewé dans le cadre de son analyse personnelle.

INTERVIEW DE JACK KASHER (RESUME)

N.B. Les propos de Jack Kasher sont retranscrits uniquement sous forme résumée et reformulée selon ses paroles affirmatives sans aucun commentaire personnel.

1) SITUATION

Cette entrevue avec Jack Kasher, intégrée dans un reportage intitulé « Dossiers OVNI 10 : Ovni et Nasa », se situe après une courte succession de films originaires principalement de la navette, montrant les objets en question sous différents angles de vue. Ces derniers étant en sa possession, ils constituent la base de toute son analyse. Il réactualise en effet le thème très ancien du  » litige » entre les ovnis et la NASA, qui refuse de les prendre en considération voire même d’en accepter l’éventuelle existence. Il essaie donc de nous faire partager son point de vue à l’aide d’un résumé de la situation appuyé par cinq preuves  » irréfutables » comme décrit ci-après.

2) PROPOSITIONS ET ANALYSES

Tout d’abord, comme dans toute affaire concernant de près ou de loin les ovnis, des explications scientifiques et rationnelles ont été émises pour décrire précisément le phénomène observé :

– la première évoquée fut celle de minuscules poussières sur l’objectif de la caméra. Néanmoins, deux arguments permettent de la réfuter : d’une part, la mise au point pour observer l’espace était réglée sur l’infiniment grand, donc de telles poussières même si elles y étaient seraient invisibles, le premier plan n’étant pas considéré. D’autre part, la même scène, donc le même mouvement, fut enregistrée par de multiples caméras, ce qui rend cette explication inconcevable, la probabilité pour que les mêmes poussières se soient situées au même niveau étant réellement infime.

– la seconde, beaucoup plus soutenue, développa le thème de particules de glace autour de la navette. Néanmoins, toutes les règles de la physique interdisent à un corps placé dans l’espace de changer brutalement de direction sans intervention extérieure. Ceci est valable aussi bien pour les particules de glace que pour les météores ou les satellites. De là, quatre scientifiques de la NASA chargés de trouver une explication plausible, émirent l’hypothèse que ces particules avaient été mises en mouvement par des gaz d’échappement provenant des propulseurs. Cette proposition n’est néanmoins valable que si les objets en question étaient à proximité de la navette, sans quoi ils auraient été impossibles à manoeuvrer. C’est cette explication qui sera étudiée en détail par Jack Kasher.

Afin de vérifier la validité de cette hypothèse, il fut mis en relation avec un groupe de microbiologistes dans le but d’analyser la séquence vidéo avec du matériel spécialisé pour les petites particules. Il fut ainsi possible de visualiser précisément la trajectoire des objets pour aboutir à la réalisation d’un graphique en fonction de la vitesse et du temps ainsi qu’à un calcul de leur vitesse en trois dimensions grâce aux mouvements relatifs de la caméra. Il en fut donc déduit que si les propulseurs furent à l’origine du mouvement, les particules de glace devaient se trouver à environ 20 mètres au-dessus de la navette pour pouvoir être influencées ainsi.

Il fallait encore déterminer quelle(s) fusée(s) aurai(en)t pu permettre ce déplacement, la navette Discovery en possédant 45 différentes réparties sur l’appareil : 38 normales d’une poussée de 870 livres et 6 verniers d’une poussée de 24 livres. D’après les calculs, si une fusée principale avait été allumée durant le film, la navette aurait effectué une rotation de six degrés, influant sur la place de la limite de la zone d’ionisation visible sur la vidéo, qui aurait changé considérablement de niveau. Il reste donc les six fusées verniers.

3) LES PREUVES

En partant de l’hypothèse que les objets sont bien des particules de glace mises en mouvement par des gaz d’échappement issus des propulseurs, Jack Kasher donne cinq preuves montrant l’impossibilité pratique de cette théorie grâce aux calculs effectués à partir de la vidéo 1:VIDEO 2

Source:ufoweb-internaaze

– premièrement, l’étude de la vidéo montre l’existence d’un flash qui semble tout déclencher. Si, comme supposé, les propulseurs ont permis ce mouvement, ce flash correspondrait à l’allumage d’une fusée. Néanmoins, une mesure de luminosité indique qu’il existe un délai d’une demi-seconde entre le flash et le début de l’accélération pendant lequel l’objet est totalement immobile. Un  » pré-flash » a pu aussi être détecté quelques dixièmes de secondes avant le suivant qui aurait pu le  » stopper » . Si tel est le cas, il ne peut pas provenir de la navette car de sens contraire, ni être d’origine naturelle.

– deuxièmement, le tracé des trajectoires des objets permet de déterminer les directions des supposées particules. Si elles étaient dues à une fusée vernier de la navette, leurs directions devraient se croiser un point qui est la fusée en question ; or ces directions au lieu d’être sécantes sont fortement divergentes. De plus, les impulsions des fusées verniers sont d’une durée de 80ms donc très loin des 400ms du flash ou des 150ms du  » pré-flash » . Ces fusées auraient également pu rester allumées plus longtemps, mais la durée minimale de leur fonctionnement continu est de une seconde, ce qui ne coïncide pas non plus avec les précédentes valeurs.

– troisièmement, un calcul mettant en relation le temps mis par les gaz d’échappement pour dépasser un objet quelconque avec la vitesse de ces gaz pour mettre en mouvement un corps immobile a été effectué. L’accélération de l’objet étant de 1,7 secondes et la durée d’un échappement de 0,4 seconde, l’objet devrait atteindre une vitesse égale à 98% de celle des gaz d’échappement soit 2750m/s. En parallèle, la vitesse réelle de l’objet a été calculée en définissant l’intersection entre la ligne issue de la caméra et celle de la fusée vernier ; il a été ainsi possible de transformer les pixels par seconde en mètres par seconde pour parvenir à une vitesse réelle de 1,5m/s. donc très loin de la précédente.

– quatrièmement, si l’objet, comme démontré précédemment, se situait à environ 20 mètres de la navette lorsque la fusée vernier se serait déclenchée, il aurait fallu une demi-seconde à ce dernier pour se mettre en mouvement, conformément au délai observé antérieurement. Donc si le flash provient bien de la fusée, il a fallu une demi-seconde aux gaz d’échappement pour arriver, soit une vitesse de 40m/s au lieu de 2800m/s. Or l’objet devrait aussi se déplacer par la suite à 98% de cette vitesse soit très loin des 1,5m/s calculés auparavant.

– cinquièmement, grâce à la même méthode d’intersection, il en a été déduit que si la particule était placée là où elle devrait être pour avoir une vitesse de 2750m/s, elle serait à plus de 35 kilomètres de la navette donc impossible à voir de celle-ci ainsi que d’en être originaire. De plus, de la même manière, la direction de l’objet étant vers le haut, la fusée de correction en question devrait être à 24 kilomètres en dessous de la navette pour pousser la particule dans la bonne direction.

4) CONCLUSION

L’argumentation est encore appuyée par la poursuite de l’analyse sur une curieuse coïncidence qui est laissée ouverte à réflexion même si un avis personnel est soumis. Il est clair que sur la vidéo, on peut observer deux objets caractérisés de  » principaux » qui décrivent une trajectoire étrange. Ces derniers sont accompagnés de deux flashs (un flash et un pré-flash) ainsi que de deux traînées les suivant de peu. Pour Jack Kasher, cela pourrait correspondre à des liens reliant les deux objets sous forme de signal voire même de missiles témoins d’une poursuite entre les deux engins.

Toutes ces preuves, observations et analyses, constituent pour lui un moyen irréfutable de prouver la nature extraterrestres des objets observés. En effet, selon lui, les explications de la NASA ne constituent en aucun cas un travail sérieux fournis par des scientifiques objectifs, mais simplement une volonté de dissimuler une vérité qu’elle n’est pas désireuse de dévoiler et qu’elle s’ingénie à cacher même devant une  » évidence » .

5)LA VIDEO

 

 

STS 48 UFOCENTER

 

 

 

UFO – OVNI – NASA Shuttle 


Le canon de Lorenz
Des ingénieurs franco-allemands ont mis au point avec EADS un canon à induction. Ce prototype de six mètres de long, monté dans le Nord de la France,CAMBRAI? propulse des objets de 1 à 2 kilos à la vitesse de 2600 mètres/seconde. Bien au delà du mur du son.
Le dispositif – deux rails électroconducteurs reliés à des condensateurs – exploite les lois de la magnétodynamique. Le glissement de la charge sur les rails produit une série de courts-circuits qui induisent des champs magnétiques en cascade. Correctement synchronisées, ces poussées s’additionnent et provoquent des accélérations énormes. C’est la force de Lorenz. C’est aussi le principe du canon à particules.

Le point de mire européen est tourné vers le ciel. On vise une nouvelle génération de lanceur orbital. Electrique, réutilisable, fixé au sol et 25 % moins cher que les fusées à poudre. Pour l’instant, l’engin est encore installé a l’horizontale, mais « des tirs verticaux devraient avoir lieu cette année rapporte l’ADIT. Il est d’ailleurs prévu d’installer un canon propulseur de 10 mètres capable de lancer des objets pesant jusqu’a 4 kilos a une altitude de 10 kilomètres. L’objectif est de parvenir en 2007 a propulser des projectiles d’un mètre de long a une hauteur de 120 kilomètres, ce qui nécessitera un canon de 22 mètres. (…) Les ingénieurs estiment qu’en théorie, leur canon pourrait aussi servir à lancer de petits satellites pesant moins d’un kilo a une altitude 400 kilomètres. » L’Agence Spatiale Européenne s’est associé au projet.

 

TRANS EN PROVENCE: LA PREUVE ULTIME !

Il y a 31 ans, Renato Niccolaï voyait un engin ressemblant étrangement à une soucoupe volante, se poser dans son jardin à trans-en-Provence.

Un témoignage pris au sérieux par le monde ufologique mais aussi par les gendarmes qui ont enquêté sur cette affaire. Jusqu’à aujourd’hui l’OVNI de Trans-en-Provence reste un mystère toujours inexpliqué.

Un-ovni-se-pose-sur-trans-en-Provence-il-y-a-31-ans.science

Renato Niccolaï, aujourd’hui, âgé de 84 ans revient sur les lieux où s’est produit le phénomène.

Des traces de ripage

Charles Clairici, mémoire vivante de la cité dracénoise, se souvient évidemment de ce jour : «Cette affaire a fait du ramdam. Les analyses d’époque ont confirmé la trace de ripage de pneumatiques lors du décollage, comme le laissent les réacteurs.»

Renato Niccolaï, lui, repense encore aux allées et venues incessantes de journalistes intéressés par ce dossier. «Ça faisait longtemps que l’on n’était pas venu me voir», sourit l’octogénaire qui semble être un habitué des flashs. Contactés par téléphone, plusieurs gendarmes à la retraite aujourd’hui attestent de l’importance accordée à cette affaire au moment des faits.

Enquête approfondie

Une enquête approfondie a même été lancée pour vérifier les propos de Renato Niccolaï. Même s’ils sont contestés par certains, les éléments à disposition font de cette affaire l’un des rares phénomènes de ce type à ce jour inexpliqué.


LES FAITS:


Note: si j’ai retenu cet événement, c’est parce qu’il s’est déroule en France il y a moins de trente.
En France parce que les USA font figure de tout est n’importe quoi, il n’y aurait que chez eux qu’il se passe quelque chose d’intéressant.
Il y a moins de trente ans ceci pour prouver que l’affaire a été suivi de manière scientifique, donc rigoureuse.
Trans-en-Provence dans le Var fut incontestablement LE FAIT, il mérite toute notre attention.
Les faits se sont déroulés en 1981 aux alentours de 17 h le 8 janvier.

Monsieur Renato Nicolaï travaillait dans son jardin lorsqu’il entendit dans son dos un léger sifflement.
Il se retourna et vit un « engin couleur de plomb » qui ressemblait à « deux assiettes renversées et posées l’une sur l’autre ».
Fait rarissime il put observer l’objet assez longtemps pour pouvoir le décrire de manière très précise.

trans2

Il devait faire 1,70 m de haut avec un diamètre de 2,50 m.
L’objet descendit lentement entre les arbres de son jardin sans rotation.
Ce Monsieur était à peine à 30 mètres de l’objet quand il atteignit le sol à la limite de son terrain.
l’atterrissage est très bref, l’objet décolle à nouveau en soufflant un peu de poussière, toujours avec le même sifflement.
Aucun bruit, pas de fumée et aucune flammes.
L’engin s’élève juste au dessus des arbres et s’immobilise quelque temps puis il part en direction du Nord Est.

trans-site

Sous l’objet quatre ouvertures et deux excroissances rondes, un train d’atterrissage ou des propulseurs.
Sur le sol un cercle d’environ deux mètres de diamètre avec à certains endroits, des de traces ressemblant vaguement à une glissade, un dérapage.
Il n’y a pas eu aucun autre témoin et bien sur Au village personne ne le pris au sérieux surtout de la part de cet immigre italien mal intégré.

trans-en-provence

Mais des voisins, après avoir vu les traces sur le sol préviennent les gendarmes.
Dès le lendemain, constat des traces, mesurent, photographies et qui sera envoyé par les gendarmes au Groupe d’étude des Phénomènes Atmosphériques Non Identifiés (GEIPAN).
Ces derniers ne se déplaceront pas tout de suite et demande à la gendarmerie de faire des prélèvements.
Chronologiquement c’est à ce moment là que Trans-en-Provence devient LE FAIT.
Cinq structures d’analyse vont être réquisitionnés, elles recevront chacune des échantillons séparément, certaines de la trace, d’autres des alentours de la trace.
Tout est sérieusement mis en place pour éliminer toute possibilité d’erreurs.
sur les prélèvements de calcaire pris sur la trace on y détecte des traces de phosphate, de zinc et de fer oxydé.
On y signale également une forte pression du à un choc et d’un échauffement à l’origine des traces sur le sol.
Mais là ou l’affaire devient intéressantes et doit faire taire les zététique de tout genre, c’est la mise en place d’une étude sur le vieillissement de la flore alentour.
des altérations biochimiques de la flore trahisse un vieillissement inexplicable des luzernes prélevées sur la trace mais rien sur celles prélevées aux alentours.
Pour être clair un phénomène inexplicable a altèré  capacité de photosynthèse des luzernes se trouvant sur la trace et pas celle en dehors.
Encore de nos jours les scientifiques sont incapables de reproduire ces altérations biologiques.
En fait à l’époque il fut expliqué que ce vieillissement accélère eu été possible avec des moyens nucléaire d’une envergure telle que cela tire de la fable.

Trans-en-Provence est sans conteste LA PREUVE scientifique d’un phénomène totalement étranger à l’homme, en effet en plus de ce vieillissement biochimique il fut également découvert un isotope* totalement inconnu sur terre.
En ce qui me concerne, cela fait longtemps que je ne pose plus de question, mais cette affaire prouve sans discussion possible l’existence d’êtres vivant ailleurs que sur notre terre.
J’attends beaucoup de vos réactions car je suis certains que beaucoup d’entre-vous n’ont jamais entendu parle de Trans-en-provence.
En conclusion et pour vous prouver le sérieux de mes articles, voyait dessous ce rapport de l’armée anglaise de l’an 2000 et publie le 15 mai 2006.

*isotope: nom des éléments dont les noyaux ont le même nombre de protons mais un nombre différent de neutrons.

OVNIS

Aucun des nombreux ovnis signalés au ministère britannique de la Défense pendant 30 ans n’était une soucoupe volante.
C’est ce qu’a conclu le ministère dans un rapport tenu secret depuis six ans et rendu public lundi.
Les enquêtes visaient « premièrement à établir s’il y avait la moindre preuve d’une menace contre le Royaume-Uni, et deuxièmement d’identifier, si l’opportunité en était donnée, une technologie militaire pouvant présenter un intérêt ».

En conclusion, le rapport suggère de ne plus obliger les services de renseignement militaire à examiner tous les signalements.
Il recommande aussi aux pilotes de ne pas tenter d’intercepter un ovni.


M. PATENET (CHEF DU GEIPAN) COMMENTE TRANS-EN-PROVENCE.


– M. Bogdanoff (présentateur) : Je voudrais juste revenir sur Trans-en-Provence : qu’est-ce qu’il s’est exactement passé là bas ? C’est un des cas célèbres…

– M. Patenet (chef du GEIPAN) : Alors à Trans-en-Provence, c’est un cas effectivement célèbre, où quelqu’un qui travaillait dans son jardin, dans une cabane – il était en train de faire un peu de maçonnerie –, a entendu un sifflement. Et il a vu arriver un engin en forme de soucoupe d’en gros – bon les tailles ont été évaluées après – à peut-être 2-2,5 mètres de diamètre, qui s’est posé assez lourdement sur le sol et qui est reparti pratiquement dans les deux secondes qui ont suivies. Alors le témoin, sur le coup, c’était tellement bref qu’il s’est dit : « J’ai mal vu » ou « J’ai pas bien vu ». Il s’est quand même approché et il a trouvé une trace au sol et donc il s’est dit : « J’ai pas rêvé, il s’est bien passé quelque chose ». Il y a eu des prélèvements de terre de fait, des prélèvements de plantes qui étaient autour. On a pu estimer qu’il s’était posé quand même là un objet pesant, qu’il y avait probablement eu un échauffement du sol ; les plantes, les analyses biologiques ont montré qu’elles avaient subi une modification biologique… et puis voilà… je veux dire après ça, on en est là…

[…]

– M. Bogdanoff (présentateur) : Quelle est, selon vous, dans le faisceau des hypothèses, celles qui paraissent les plus crédibles ?

– M. Patenet (chef du GEIPAN) : Alors, il y a la fameuse hypothèse technologique. […]

– M. Bogdanoff (présentateur) : Votre prédécesseur, en fait Jean-Jacques Velasco, était lui un fervent défenseur d’une hypothèse qui paraît audacieuse, qui est l’hypothèse d’une provenance « externe »… extraterrestre. Quelle est votre opinion sur cette provenance ?

– M. Patenet (chef du GEIPAN) : Alors, nous n’avons pas aujourd’hui la moindre preuve que ces phénomènes proviennent d’une visite extraterrestre… mais on n’a pas non plus la preuve que ça l’est pas ! Donc l’hypothèse reste… reste ouverte. Elle est, je dirais, envisageable, elle est même pour certains raisonnable, ce que je crois aussi. […]

Voilà, en substance, ce qu’ont pu entendre les téléspectateurs qui étaient devant France 2 le 8 novembre dernier, dans la nouvelle émission d’Igor et Grichka Bogdanoff, « Science X ». Le reportage, intitulé « les objets volants non identifiés face à la science », comprenait aussi des interventions de Jean-Jacques Velasco, l’ex-directeur du GE(I)PAN, de Jacques Krine, un ex-pilote de chasse dont le témoignage, inexploitable car à la fois très ancien (hors époque GEPAN), très tardif, très succinct et très vague (même l’azimut de l’objet allégué n’est pas connu), est pourtant devenu le nouveau cas à la mode chez les ufomanes français du simple fait du statut professionnel du témoin, de Denis Letty, un ex-général de l’armée de l’air impliqué dans le rapport Cometa, et de l’astronome Emmanuel Davoust, pour donner une coloration un peu plus scientifique à l’ensemble.

Je m’abstiendrais ici de commenter les prestations de MM. Velasco et Letty car leurs opinions et leurs biais de raisonnement sont connus et critiqués depuis longtemps. Celle de M. Patenet a constitué en revanche une mauvaise surprise. Non pas que nous nous attendions à quelque chose de vraiment nouveau, comme des analyses un peu fouillées ou des remises en cause lucides et courageuses – nous savons déjà à quoi nous en tenir sur le traitement du sujet ovni à la télévision, sur les frères Bogdanoff et sur l’actuel directeur du GEIPAN pour cela. Cependant, nous pensions sincèrement que l’évolution plutôt positive perceptible depuis environ un an dans le fonctionnement de ce service allait se traduire par une évolution similaire dans sa communication à destination du grand public. Or, le discours tenu par M. Patenet, dans cette émission, s’est révélé en réalité très similaire à celui dont nous a gratifié son prédécesseur durant une vingtaine d’années. Si l’on ajoute que « Science X », de par son style et son contenu, ressemble comme deux gouttes d’eau à « Temps X », on se serait presque cru retourné au début des années 80, lorsque M. Bounias présentait aux célèbres jumeaux les altérations biologiques vraiment très mystérieuses qu’il avait détecté à Trans-en-Provence…

Par rapport à cette époque, au moins une chose cependant a changé : les sources utilisées pour élaborer la Note Technique du GEPAN n°16, le seul document « officiel » disponible sur le cas de Trans-en-Provence jusqu’au début de cette année, ont enfin été rendues publiques : TRANS EN PROVENCE (83) 1981.

Nous sommes donc désormais en mesure de vérifier plus précisément sur quoi se basent réellement les déclarations des directeurs successifs du GE(I)PAN, sans que l’on oppose aux sceptiques l’argument qu’il existe certainement d’autres analyses non publiées qui autorisent ceux-ci à s’exprimer comme ils le font.

Dans cette optique, remarquons qu’aucune étude ne vient démontrer qu’un objet d’une masse comprise entre 500 ou 700 kg (ou de 3 tonnes, c’est selon) s’est posé sur le site, comme allégué par M. Velasco : tous les documents disponibles sur le cas étant censés avoir été mis en ligne, ce rapport scientifique qui étaierait ces dires a été soit accidentellement égaré, soit détruit, soit « emporté », soit il n’a jamais existé… En fait, M. Patenet n’est aucunement en mesure de prouver et donc d’affirmer qu’un objet « pesant » (sic) s’est bien posé à cet endroit.

Les documents disponibles en ligne démontrent que l’objet n’a pas pu laisser les traces invoquées à l’appui du témoignage. Un des laboratoires impliqués, le SNEAP, précise que l’échauffement superficiel du sol observé à cet endroit a été causé par frottement : « le frottement constaté et observé a eu pour conséquence de réaliser un effet thermique du sol superficiellement, le grès étant plus solide sous la partie noire qu’à côté » (SNEAP132R). Or, d’après le témoin, l’ovni qu’il prétend avoir observé n’était pas en rotation et ne s’est pas non plus déplacé sur le sol. Ce prétendu engin volant ne peut donc être à l’origine des traces striées en question, ni d’un frottement, ni de l’échauffement causé par ce frottement.

M. Patenet n’ignore pas non plus que le témoin a fait des aveux à peine voilés dans le passé et admis également que des véhicules automobiles avaient bien manœuvré à l’endroit des traces, dont l’aspect et la composition ne font que confirmer l’opinion émise d’emblée par les gendarmes intervenus les premiers sur les lieux : de simples ripages de pneumatiques… Avec un minimum de bon sens et de méthode, le GEPAN avait la possibilité, pour valider simplement cette hypothèse prosaïque, de reproduire des traces en tout point similaires sur un terrain similaire avec un véhicule automobile, comme a pu le faire le sceptique Eric Maillot.

Au minimum, M. Patenet aurait pu user du conditionnel dans son évocation du cas de Trans-en-Provence et, dans l’idéal, pu mettre en garde le public, en fin de son propos, sur le lien douteux entre la trace et l’ovni… Celui-ci n’a pas eu droit à ce minimum de recul scientifique.

Manifestement, les faits n’ont toujours pas réellement de prise sur les croyances des membres de ce petit service atypique du CNES. M. Patenet continue à cultiver la « mystérite » sur ce cas et à renverser allègrement la charge de la preuve (« on n’a pas non plus la preuve que ça l’est pas [extraterrestre] ! ») pour défendre, grâce à ce raisonnement anti-scientifique, la thèse extraterrestre.

Il existe certes des problèmes plus importants dans le monde mais depuis 1977, si l’on compte tout, l’équivalent de plusieurs millions d’euros d’argent public a tout de même été englouti dans ce service. Les citoyens et contribuables français mériteraient au minimum d’être objectivement informés en échange…

source:scepticismescientifique.blogspot.com

VALENSOLE EN FRANCE

Valensole est un petit village situé dans le département des Alpes de Haute-Provence, dans le sud-est de la France.
Maurice Masse est un cultivateur de lavande agé de 41 ans au moment des faits. Il est réputé par ses proches pour être sérieux et sans histoire. Nous sommes à l’aube du 1er juillet 1965 quand M. Masse rejoint son champ situé à 1600 métres de sa maison où il vit avec sa femme et ses 2 enfants. Il est 5h45 au moment il va démarrer son tracteur lorsqu’il entend un sifflement qu’il identifie dans un premier temps pour un hélicoptère militaire. A proximité moyenne de plusieurs installations militaires, M. Masse n’accorda qu’à ce bruit aucun intérêt particulier puisqu’il était habitué à ce genre de manoeuvre aérienne.
Cependant, Masse s’avance vers les rochers et aperçoit une « machine » au milieu de ses buissons de lavande, environ 90 mètres plus loin. Il s’en approche plus près et voit un engin de forme ovoïde, surmonté d’un dôme transparent. (un peu comme un ballon de rugby), de couleur neutre, d’une taille d’à peu près 3 à 5 m de large, pour environ 2,50 m de hauteur, avec une coupole transparente, et 6 pieds montés sur un pivot central s’enfonçant dans le sol, le faisant penser à une énorme araignée.

valensole6

L’ovni décrit par le témoin.

valensole1

Trace laissé par l’ovni sur le champ de lavande.

valensole5

Maurice Masse à l’endroit où l’ovni a atterri.

Masse témoignera par la suite avoir aussi vu de petits êtres (1 mètre de haut environ) dont la morphologie générale est proche de la nôtre mais qui sont manifestement étrangers à notre planète.

En s’approchant d’eux, il note leur tête anormalement grosse par rapport au corps (3 fois celle d’un humain), chauve, peau blanche, longues oreilles, pommettes saillantes et charnues, avec une petite bouche circulaire. Ils portent des costumes gris-vert d’une seule pièce. Jusqu’alors penchés sur un buisson de lavande, ils semblent enfin remarquer sa présence lorsqu’il est à 8 m d’eux, et l’un deux braque alors vers Masse un petit tube qui le paralyse, mais apparemment sans lui faire perdre conscience. Il se souvient qu’il y a eu alors une sorte de communication télépathique avec ces êtres, dont il garde une impression de bienveillance. Les 2 êtres retournent ensuite à leur engin, y pénêtrent par une porte coulissante et s’installèrent dans une partie supérieure transparente. Le bruit de sifflement recommence et l’engin plane brièvement tandis que ses pieds commencent à tourner, puis il file vers l’Ouest à une vitesse vertigineuse.

Masse ne recouvre sa capacité de mouvement que 15 minutes plus tard. A ce moment, il va immédiatement examiner l’endroit où l’ovni s’est posé et remarque diverses marques au sol, ainsi qu’un trou central d’environ 30 cm de profondeur là où il avait stationné le pylône central de l’engin. La terre tout autour est détrempée. Plus tard, dans la journée, il note qu’elle s’est rapidement durcie jusqu’à avoir la consistence du ciment.

# L’enquête.

Les traces laissées sur le terrain furent examinées et analysées. La gendarmerie enquêta dès le lendemain et receuilla le témoignage de Masse, pourtant très réticent par peur du ridicule.
Outre le grand sérieux avec lequel cette affaire a été traitée, les gendarmes ne prirent que quelques simples clichés photographiques du site de l’atterrissage. Après analyse du sol, on nota la présence d’une radio-activitée anormale, ainsi qu’un sol très nettement durci.
Ormis ces quelques éléments, très peu de conclusions ont été divulguées sur cette affaire.

Quant à Maurice Masse, extrêmement perturbé par cette rencontre du troisième type, il souffra pendant plusieurs semaines d’hypersomnies (il dormit 16 heures de suite après l’incident), il ne souhaite plus du tout en parler.

 

30 JUIN 1908-TOUNGOUSKA- SIBÉRIE RUSSIE

Nous sommes le 30 juin 1908, il est 7h15 du matin, un éclair d’une lumière inouïe parcourt le ciel d’une région reculée de Sibérie appelée Toungouska. Quelques millièmes de secondes après, surgit une explosion équivalente à 600 fois la bombe atomique d’Hiroshima, tuant tous les troupeaux de bovins et rasant tout ce que le souffle trouva sur son passage. Le cataclysme a littéralement « fauché » tout un pan de forêt sibérienne dans un cercle que l’on estime à 100 kilomètres de diamètre. L’hypothèse d’un crash d’ovni à été avancé par plusieurs chercheurs.
Après la deuxième guerre mondiale et les bombardements d’Hiroshima et de Nagasaki, des photos des deux villes ont été comparées aux photos aériennes du souffle de Toungouska et elles étaient étonnement semblables. C’est pour cette raison que des scientifiques ont spéculé sur une explosion nucléaire qui aurait eu lieu au-dessus du secteur, comme en atteste la position des arbres après l’explosion. Bien évidemment, aucune nation n’avait maitrisé l’atome en 1908…

CmOMXcxXEAA12et

Source: Gilbert Javaux – PGJ Astronomie

Luca Gasperini présente ce qui pourrait être le cratère d’impact absent du cataclysme de la Toungouska, de 1908.

Photographie prise après le cataclysme de la Toungouska

Toungouska est un nom bien connu des passionnés de météorite. C’est la localisation du plus célèbre « impact » destructeur survenu dans l’ère moderne, un souffle qui dévasta toute la forêt dans un rayon de 10 kilomètres et une onde de choc qui déracina les arbres sur 100 km près de la rivière Toungouska en Sibérie Orientale.

Quelque chose, un astéroïde ou une comète, est entré dans l’atmosphère au matin du 30 Juin 1908 et a explosé avec une force égale à environ 15 millions de tonnes de TNT, l’équivalent de 1000 fois la puissance de la bombe atomique larguée sur Hiroshima au Japon. Les experts estiment que le souffle s’est généré à environ 8 kilomètres au-dessus du sol. Aucun cratère, ni même la plus minuscule trace de l’impacteur, n’a été retrouvé, tout du moins jusqu’à présent

L’équipe de Gasperini suspecte en effet que le Lac Cheko, situé à quelques kilomètres au nord-ouest de l’épicentre présumé du souffle, a été creusé par un impact et a été rempli plus tard avec de l’eau. La région est à l’écart, et il n’est pas sur, d’après les cartes anciennes, que le lac existait avant 1908.

Les investigations de l’équipe sur la géologie du fond du lac ont révélé une étrange forme d’entonnoir qui diffère de celle des lacs voisins mais qui est conforme à une origine d’impact.

ON A DÉCOUVERT UN FRAGMENT DE LA MÉTÉORITE DE TOUNGOUSKA?

L’équipe italienne dirigée par Luca Gasperini de l’Institut de recherche de la marine à Bologne travaille depuis plus d’un an dans la zone, où est tombé la météorite. Il y a plusieurs années, les chercheurs ont justifié l’hypothèse que le lac Cheko, situé à 8 kms du lieu de la chute, représente un cratère provoqué par la chute de la météorite. Ayant étudié le fond du lac en forme de cône en utilisant les analyses sismiques et magnétiques, les chercheurs ont trouvé dans son centre une grosse pierre, qui, selon leurs suppositions serait un fragment de la météorite de Toungouska. Cette « anomalie » qu’ils ont trouvée se trouve à 10 mètres de profondeur dans le point le plus profond du lac.

La nouvelle de la chute de la météorite de Toungouska le 30 juin 1908 fut un choc pour le monde entier, et reste toujours un mystère qui n’a pas été élucidé. L’explosion, qui a retenti dans le ciel de la Sibérie est estimée de 40 à 50 mégatonnes de puissance. Le phénomène a provoqué un incendie sur une surface de 2 000 kilomètres carrés de la taïga, se traduisant par une onde sismique, qui a fait deux fois le tour de la Terre et a provoqué l’instauration des nuits blanches en Europe du Nord. Les scientifiques n’arrivent pas à se mettre d’accord s’il s’agit d’une comète ou d’un astéroïde glacial massif. Ils ont réussi à établir que l’explosion s’est produite à une altitude de 5-10 kms au-dessus de la Terre, mais personne n’a pu trouver jusqu’à présent les fragments de l’objet spatial qui est tombé. Apparemment un des fragments de cet objet aurait été trouvé. Il ne reste plus qu’à le remonter à la surface du lac.

Source

http://french.ruvr.ru/2012_05_21/evenement-de-la-Toungouska-meteorite/

http://www.rhedae-magazine.com

LE CAS ROSWELL: OVNI OU FAKE ? LA CIA CONFIRME LE CRASH

Nous sommes un mercredi, vers 21h50, un violent orage s’abat sur les contrées désertiques du Nouveau-Mexique. Le fermier William « Mac » Brazel, dont le ranch se trouve au nord-ouest de la ville, entend soudain une violente déflagration.
Dès le lendemain, à l’aube du 3 juillet, il découvre sur ses terres un amas de débris provenant d’un objet qu’il n’est pas en mesure d’identifier. Après avoir récupéré quelques-uns des matériaux, BRAZEL se rend chez ses voisins, Floyd et Loretta Proctor et leur fait part de sa découverte. Quelques jours plus tard, le 6 juillet, il décide d’avertir les autorités du comté, et se rend au bureau du shérif George Wilcox pour y présenter les débris qu’il croit être alors ceux d’un avion.
Les autorités militaires sont mises immédiatement au courant, et la nouvelle se répand comme une trainée de poudre à travers les Etats-Unis et bien au delà…

UFOCENTER.WEBOU.NET

C’est la « bombe » lâchée par Chase Brandon parfois surnommé le visage public de la CIA, dans Coast to Coast, une émission de radio très suivie aux Etats-Unis. Ce n’est pas la première fois bien sûr qu’un pseudo agent secret ou qu’un militaire à la retraite aux états de services brumeux dévoile « toute la vérité » sur l’un des plus grands mythes modernes. Mais la carrière de Chase Brandon le distingue des habituels « whisperers », les chuchoteurs de rumeurs qui alimentent la légende roswelienne depuis 1947.

Chase Brandon a travaillé pendant 35 ans à la CIA dont 25 comme agent sous couverture. Depuis quelques années, il officie comme aux « relations publiques » de l’agence et a travaillé comme consultant sur de nombreux films hollywoodiens comme « La Recrue » et « Ennemi d’Etat ». L’ancien espion va même faire ses débuts d’acteur dans « The Rogue », un thriller où il incarne… un ponte de la CIA.

Dans cette interview de près d’une heure, Chase Brandon se montre relativement avare de détails mais pas de conviction : « Je sais de façon absolue qu’un vaisseau venu d’un autre monde s’est écrasé à Roswell, que les militaires ont ramassé non seulement une épave mais aussi des cadavres et que tout cela a été rendu public pendant un court laps de temps (Référence aux premières déclarations de l’US Air Force qui avait annoncé le crash d’un Ovni avant de se rétracter) ».

Il affirme avoir consulté les archives de la CIA, l’Historical Intelligence Collection, lu plusieurs documents relatifs au crash et vu des « objets » dont il refuse de préciser la nature exacte. Chase Brandon lance-t-il ses révélations de sa propre initiative ou a-t-il obtenu l’accord tacite de la CIA ?

Le passé professionnel de Chase Brandon est à double tranchant : gage de crédibilité, il peut être aussi l’indice d’une manipulation.

Le blog de Gildas Bourdais, LE spécialiste français de Roswell :http://bourdais.blogspot.fr/

Un extrait de l’interview de Chase Brandon.

ROSWELL UFOCENTER

Dans la soirée du 2 juillet 1947, vers 21 heures 30, un orage se déchaîne au-dessus du désert du Nouveau Mexique. William «Mack», Brazel, 48 ans, éleveur de moutons sur le ranch de J.B. Foster, habite une cabane isolée sans eau courante ni électricité située à une centaine de kilomètres au nord de la petite ville de Roswell. Ses plus proches voisins, les Proctor, résident à 15 kilomètres.

Soudain, une détonation résonne, plus puissante que le grondement de l’orage. Mack Brazel, accoutumé aux colères de la nature dans cette région sauvage, note, sans plus y penser, ce son inhabituel. Mais le lendemain, l’éleveur découvre d’étranges débris d’apparence métallique éparpillés dans toutes les directions sur plusieurs centaines de mètres. Le troupeau de moutons qu’il conduit à la pâture refuse de traverser la zone. Bill Brazel ramasse quelques pièces et se rend chez ses voisins, Floyd et Loretta Proctor, pour leur montrer sa trouvaille.

Brazel, d’ordinaire taciturne fait montre d’un enthousiasme et d’une volubilité exceptionnelles. Bill parvient à convaincre Floyd Practor de venir jusqu’au site où il ramasse lui aussi des débris. Très vite la nouvelle se répand parmi les fermiers des environs qui viennent à leur tour explorer les lieux et collecter quelques éléments de ce mystérieux puzzle. Selon plusieurs témoignages, tous ces débris seront dans les jours suivants confisqués par l’armée.

Le six juillet Bill Brazel se décide à communiquer sa découverte au shérif du comté de Chaves, George Wilcox. D’un commun accord, ils alertent la base militaire de Roswell qui dépêche trois hommes sur place : le colonel Blanchard, commandant de la base militaire, le major Jesse Marcel, officier de renseignement, et le capitaine Sheridan Cavitt. Le soir même, des débris sont envoyés au Pentagone, à Washington. Et c’est le mardi 8 juillet, que le porte-parole de la base, Walter Haut, publie un communiqué sensationnel dicté par le colonel Blanchard :

«Les nombreuses rumeurs à propos des disques volants sont devenues réalité hier quand les Services de Renseignement du 509e Groupe de l’Air Force à Roswell, sont entrés en possession d’une soucoupe grâce à la collaboration d’un fermier local et du bureau du Shérif. L’objet volant a atterri dans un ranch à côté de Roswell, la semaine dernière. (…) Le disque a été saisi au ranch et il est en cours d’inspection à la base de Roswell.»

«L’armée capture une soucoupe volante»

Le communiqué est envoyé à deux journaux locaux et aux stations de radio, KGFL et KSWS. La nouvelle provoque une onde de choc d’autant plus importante qu’elle survient une quinzaine de jours après la première observation d’ovnis documentée et médiatisée du XXe siècle, celle de Kenneth Arnold, le 24 juin 1947. Cet homme d’affaires, aviateur chevronné, a vu à bord de son CallAir A-2 dans les environs du Mont Rainier 9 objets volants se déplaçant comme «des soucoupes rebondissant sur l’eau». La comparaison, mal retranscrite par une agence de presse, donne lieu à la première occurrence des termes passés à la postérité : «soucoupe volante».

Depuis le 24 juin, les témoignages de personnes affirmant avoir vu des «soucoupes volantes» se succèdent et font les grands titres des journaux. L’annonce de l’US Air Force est l’apothéose de cette fièvre soucoupiste. Dans le Roswell Daily Record, le scoop s’étend sur cinq colonnes à la une : «La Raaf capture une soucoupe volante sur un ranch proche de Roswell». L’information est reprise par toute la presse aux Etats-Unis et dans le monde : en France, «L’Aurore», «les Dernières Nouvelles d’Alsace», «le Parisien libéré», entre autres, s’en font l’écho.

Mais le soir même, c’est la grande désillusion. L’armée admet une incroyable confusion: la « soucoupe volante » n’était qu’un banal ballon-sonde. Le général Ramey, commandant de la Huitième Armée aérienne à Fort Worth, au Texas, prend les choses en main. Il organise une conférence de presse au cours de laquelle il montre aux journalistes des baguettes de balsa et des feuilles d’aluminium, vestiges du ballon météo couplé à une cible radar récupérés sur les lieux du crash. Personne ne met en doute la version officielle de l’armée et le soufflé retombe pendant trois décennies.

Jusqu’en 1978 où l’ufologue Stanton Friedman interviewe le Major Jesse Marcel, premier militaire arrivé sur les lieux du crash. Il a quitté le service actif en 1948 après avoir été promu lieutenant colonel. C’est ce vieil homme, âgé de 71 ans, qui ouvre la boîte de Pandore : Jesse Marcel affirme qu’il est convaincu que les débris ramassés sur le ranch Foster n’étaient pas ceux d’un ballon sonde et que le général Ramey l’a «obligé à se taire». Il réitèrera ses propos à plusieurs reprises devant des caméras de télévision et dans un article de Bob Pratt paru en 1979 dans le «National Enquirer» : «Nous avons trouvé du métal, de petits morceaux de métal, mais surtout nous avons trouvé quelques matériaux difficiles à décrire. Je n’avais jamais vu quoi que ce soit de pareil, et je ne sais toujours pas ce que c’était» explique-t-il dans la transcription brute de l’interview. Il ajoute que certains éléments portaient des inscriptions : «Quelque chose d’indéchiffrable. Personnellement je n’avais jamais vu quoi que ce soit de pareil. Je les appelle des hiéroglyphes. Je ne sais pas s’ils ont été jamais déchiffrés ou pas.»

Dès lors, c’est un déferlement : en 1980, Stanton Friedman et Charles Berlitz écrivent le premier livre sur le mystère Roswell, «Crash at Corona». Les langues se délient, les livres s’enchaînent et les témoignages, le plus souvent indirects et parfois contradictoires, se multiplient. Dans son interview au «National Enquirer», Jesse Marcel avait évoqué une autre zone couverte de débris «vers l’ouest vers Carrizozo». Les enquêteurs privés, convaincus d’être face à un « Watergate cosmique », selon le titre d’un best-seller de 1981 de William L. Moore et Stanton Friedman, suivent cette piste et découvrent qu’une équipe d’archéologues aurait été présente sur les lieux d’un second crash, survenu au même moment et accréditant la thèse d’une collision en plein ciel entre deux engins. Enfin, les « extra-terrestres » entrent en scène. Les archéologues seraient tombés nez à nez sur des cadavres d’êtres de petite taille à la peau grise et même sur un survivant avant que l’armée ne boucle le secteur. Un employé des pompes funèbres de Roswell «révèle» que l’armée lui a passé commande de petits cercueils hermétiques. Une troisième zone d’impact est localisée par les ufologues…

Peu à peu, l’affaire Roswell se transforme en un incroyable mille-feuilles composés de dizaines de récits. Certains sont troublants, d’autres sont discrédités par des contre-enquêtes fouillées. Dans la première catégorie, on peut ranger les confessions de Walter Haut, l’homme qui a rédigé le communiqué de l’armée annonçant la découverte d’une «soucoupe volante». Après avoir nié puis confirmé l’hypothèse d’un crash d’ovni, il rédige, sur son lit de mort et devant notaire, cet affidavit en 10 points dont voici les 3 derniers :

– En 1980, Jesse Marcel m’a indiqué que le matériel photographié dans le bureau du Général Ramey n’était pas le matériel qu’il avait récupéré.
-Je suis convaincu que le matériel récupéré était une certain sorte d’engin spatial.
– Je n’ai pas été payé ni n’ai reçu quoi que ce soit de valeur pour faire cette déclaration, qui est la vérité au mieux de mes souven
irs. »

L’US Air Force ne pouvait pas rester silencieuse confrontée aux accusations de dissimulation de l’événement le plus important de l’histoire de l’Humanité. En 1994, elle révèle que le crash de Roswell dissimulait un dispositif ultra-secret destiné à espionner les expériences nucléaires soviétiques, le projet Mogul. Les débris retrouvés appartenaient à un train de ballons, composés de matériaux inhabituels, ce qui explique la confusion initiale avec un engin venu d’ailleurs. De plus, poursuit l’US Air Force, «certaines des expériences impliquaient l’usage de ballons pour transporter et éjecter des mannequins de forme humaine équipés de parachutes pour étudier la meilleure façon de faire revenir au sol des pilotes ou des astronautes s’ils devaient s’éjecter à haute altitude.» En 2004, l’armée a même fait paraître un volumineux ouvrage intitulé «Incident de Roswell : affaire classée» censé mettre un terme définitif à la rumeur.

Sans grand succès auprès des tenants de la théorie du Watergate cosmique. En 1995, un film s’est avéré bien plus efficace pour discréditer le mystère de Roswell que les explications pourtant consistantes fournies par l’armée. C’est le célèbre film de l’autopsie diffusé en France avec tambours et trompettes dans l’émission Jacques Pradel, « l’Odyssée de l’étrange ». Des médecins apportent leur caution à ces images en noir en blanc où des chirurgiens légistes dissèquent une créature visiblement non-humaine et manifestement en plastique. Le film génère plus de rires que d’effroi et en 2006, le canular est définitivement acté. Les producteurs de cette série B, Ray Santilli et Gary Shoefield, avouent que le film est un faux… Ou plutôt, affirment ces farceurs incorrigibles, une reconstitution à l’identique du film original détruit par l’humidité.

Cette vidéo, pour fantaisiste qu’elle soit, aura marqué un tournant dans la construction de la légende roswelienne, en l’ancrant définitivement dans la culture populaire. La fausse autopsie pose la matrice visuelle des séries, films, clips, jeux vidéos et documentaires bidons qui vont suivre avec, au premier chef, «X Files». Aujourd’hui, Roswell demeure la Mecque des fans d’Ovnis, un tourisme de l’étrange extrêmement lucratif pour la petite ville sans charme commune de 48 000 habitants. Et le flot des visiteurs n’est pas près de se tarir si l’on en croit un sondage du National Geographic datant de juin dernier : 80% des Américains sont convaincus que leur gouvernement cache la vérité sur les Ovnis.

Quant au « noyau dur » de l’incident, il est aujourd’hui englouti sous d’innombrables témoignages, films truqués, images douteuses, hypothèses délirantes et « scoops » improbables.
Toutefois, un nouveau témoin a apporté un peu de sang neuf aux complotistes : Chase Brandon, un ancien agent de la CIA devenu consultant à Hollywood, affirme qu’un vaisseau extra-terrestre s’est bel et bien crashé à Roswell. Il dit avoir tenu les preuves en main, conservées dans les archives de la CIA, sans en préciser la nature exacte : «Ce n’était pas un ballon météo. C’était ce que les gens ont d’abord rapporté. C’était un vaisseau qui ne venait pas de cette planète Pour moi, ce fut l’instant validant le fait que tout ce que j’avais cru, et que tant d’autres personnes croyaient, était vraiment ce qui s’était passé…» dit-il dans un entretien au Huffington Post.

Aujourd’hui encore, le mystere demeure, et de nombreuses théories, souvent fantaisistes, fleurissent, certaines avancées par les sceptiques pour démystifier l’affaire repoussent même les limites du ridicule.

Saura-t-on un jour ce qui s’est réellement passé à Roswell?

UN . MORCEAU DE VÉRITÉ ?

UN MILITAIRE, TÉMOIN DIRECT DES ÉVÉNEMENTS DE 1947, A LAISSÉ UNE LETTRE DEVANT ÊTRE OUVERTE APRÈS SA MORT. L’ARMÉE AMÉRICAINE NOUS AURAIT MENTI SUR CE QUI S’EST PASSÉ À ROSWELL.

Juillet 1947 : un engin volant s’écrase dans la propriété d’un agriculteur du Nouveau Mexique (centre des USA) lors d’une nuit orageuse. Cinq jours après l’événement, les militaires arrivent sur les lieux et décident de fermer la zone au public. Les débris sont emportés dans la base militaire la plus proche : Roswell. Le 8 juillet, six jours après le crash, l’armée publie un communiqué de presse stupéfiant : « Les nombreuses rumeurs concernant une soucoupe volante sont devenues une réalité hier lorsque l’officier de la 509th Bomb Group de la 8e Air Force, de la base aérienne de Roswell, ont eu la chance d’entrer en possession d’une soucoupe ». Ce communiqué est rédigé par le lieutenant Walter Haut, l’officier de relations publiques en poste à la base militaire. Pourtant, l’effervescence est de courte durée. 24 heures plus tard, l’armée revient sur ses déclarations et explique que les débris proviennent de la chute d’un ballon météo. Fin de l’histoire. Début du mythe Roswell.

Coup de théâtre
Un étonnant rebondissement vient relancer l’affaire Roswell. La semaine dernière, un témoignage posthume a été rendu public : celui du lieutenant Walter Haut, l’officier de la base responsable des relations publiques en 1947. Décédé en décembre 2005, il avait laissé une lettre à n’ouvrir qu’après son décès.

Selon ce message, le ballon météo n’était qu’une couverture de l’armée américaine pour cacher la vérité. L’objet réel qui s’est écrasé a été récupéré par les militaires et transporté dans un hangar. Walter Haut explique y avoir vu un engin volant mais aussi des corps extra-terrestres. Des cercueils de « taille enfant » ont d’ailleurs été demandés par l’armée. Le lieutenant a aussi assisté à des réunions de haut niveau avec le Colonel Blanchard et le Général Ramey. Des débris de l’engin passaient de main en main lors de ces réunions pour deviner de quel matériau il pouvait s’agir.

Alors pourquoi avoir annoncé la chute d’une soucoupe volante par communiqué de presse? Selon William Haut – qui en est l’auteur – l’armée l’a fait pour attirer l’attention du public vers le premier site du crash, moins « garni » en débris qu’un second trouvé par l’armée.

Il explique aussi dans sa lettre posthume que les militaires ont ratissés les deux sites pendant des mois, cherchant le moindre morceau de l’épave et prenant soin d’effacer les traces. Il raconte encore comment le Colonel Blanchard l’a emmené dans le hangar 84 pour lui montrer l’épave elle-même, qu’il décrit comme une sorte d’oeuf métallique, d’environ 4,5 mètres de long sur un peu moins de 2 mètres de large, sans fenêtre, ni queue, ni aile. Rien que cette forme ovoïde.

Deux corps gisaient aussi sur le sol, partiellement recouverts par une bâche. Mesurant environ 1m20, leur tête était disproportionnée. Le lieutenant écrit : « Je suis convaincu que ce que j’ai observé personnellement était une sorte de vaisseau et son équipage venu de l’espace ».

Dans les années 90, plusieurs enquêtes officielles ont successivement conclu que le crash d’un ballon météo était bel et bien un mensonge de l’armée, mais dans le but de dissimuler l’existence d’un ballon militaire bardé de capteurs envoyé en haute altitude pour espionner les communications soviétiques.

Il demeure qu’à ce jour, aucune preuve matérielle d’un crash de vaisseau n’a pu être apportée.
Source:skynet

NOUVEAU TÉMOIGNAGE

60 ans après, l’affaire de Roswell fait encore parler d’elle, après l’affidavit du lieutenant Walter Haut publié récemment, c’est un autre témoin de premier ordre qui se manifeste aujourd’hui pour raconter son histoire.

Pour la première fois, l’officier du renseignement Jack Trowbridge parle devant une caméra.

Alors sous les ordres de Jessee Marcel, Trowbridge a eu entre les mains des morceaux de débris issus du crash. Il relate son histoire dans cette courte séquence vidéo.

Mon nom est Jack Trowbridge et j’ai été assigné à Roswell en avril 1947. J’ai été ensuite affecté aux services de renseignement avec Jessee Marcel, qui était le chef du service. Moi j’étais le premier lieutenant.

La nuit du crash

Ce soir là nous jouions au bridge chez Marcel. Ma femme était là et tout le service était là sauf Jessee. Il était parti en pick-up pour ramasser ces débris sur le site du crash. Lorsqu’il est revenu il était relativement tard et nous avons interrompu la partie de bridge pour aller dehors voir ce que Jessee avait ramené. Et c’était très intéressant…

L’objet à mémoire de forme

Il avait l’apparence de l’aluminium, il y avait des fragments de scanners d’avions.. hmm ou quoi que ce soit et également des poutres avec des sortes de hieroglyphes dessus. J’y ai vu des flèches, mais qui sait. Quoi qu’il en soit c’était intéressant d’avoir entre nos mains ce genre de matériel. Il avait des propriétés particulières, par exemple cela ressemblait à un emballage de Hershey’s [NDT : Barre chocolatée très populaire aux USA], mais vous pouviez le serrer aussi fort que vous vouliez dans votre main et en le relachant il retrouvait instantanément sa forme initiale.

Le cover-up

Puis le jour suivant, Jessee ramena une partie des débris au bureau et nous les avons observés et manipulés pendant un moment, puis chacun est retourné à son travail. Plus tard dans la journée, booom! personne ne sait rien. Ils ont dit “Fermez-là, il ne s’est rien passé”, etc. Et lorsque vous êtes en service, vous faites ce qu’ils vous disent de faire.

Le ballon météo

Le Major Marcel fut envoyé à Fort Worh pour montrer à la presse ce qu’il avait vu, eh bien ce qu’il a montré à la presse était bien un ballon météo. [Alors que ] Ce qu’il avait rapporté n’était pas un ballon météo. Il a donc été obligé de mentir à la presse. Il n’était pas content, mais vous faites ce qu’on vous dit. Vous êtes en service, vous suivez les ordres. Ils avaient peur que le public panique en apprenant cette nouvelle. Je ne pense pas que cela se serait produit, mais les ordres viennent de tout en haut et vous les exécutez.

source :Ufofu  ,   SciFi Channel