DES OSSEMENTS SUR MARS

Est-il possible qu’il y ait eu une fois la vie sur la planète rouge?

Peut être parce que des images étonnantes envoyées par la Curiosité Rover de la NASA ont lancé tout un débat parmi les ufologues. Les experts disent que les objets dans les images ne sont pas seulement des formations rocheuses communes, mais plutôt des os étrangers sur Mars. Une chaîne YouTube nommée archéologie martienne, qui montre un certain nombre d’objets et de formations rocheuses dans ses vidéos, met également en évidence les «os» et aussi un (des) type (s) de bactéries.

Cependant, comme les images utilisées dans la vidéo sont en grande partie nuageux et pas pointues comme la plupart des images publiées par les ufologues, la «découverte» reste sensationnelle. Nigel Watson, qui a écrit le Manuel des enquêtes OVNI, dit que le véritable problème, la NASA ne soutient ni explique de telles découvertes, ce qui amène les gens à penser qu’ils pourraient cacher la présence d’extra terrestes ou qu’ils pourraient effectivement travailler avec des extraterrestres.

Dr.Mo7oG

SUPERBE PHOTOS MONTAGE DE PHOBOS AUTOUR DE MARS

Une série de photos prises par hasard par le télescope Hubble permet de voir comment Phobos, une lune de la planète rouge, évolue autour de celle-ci.

Deux satellites de forme irrégulière, Phobos et Deimos, d’un diamètre de 22 et 12 km respectivement, tournent actuellement autour de la planète rouge. Aujourd’hui, de nombreux scientifiques pensent qu’il ne s’agit pas de planètes mais d’astéroïdes capturés par la gravitation de Mars dans un passé lointain.

Phobos se rapproche de Mars et sera détruit et transformé en un gigantesque anneau de poussière d’ici 20 ou 40 millions d’années, et Deimos, au contraire, s’en éloignera et quittera l’orbite martienne.

Les chercheurs n’arrivent toujours pas à expliquer ce phénomène. Selon une nouvelle hypothèse, par le passé, Mars aurait eu trois lunes dont une est déjà tombée sur sa surface.

Ces photos, que Hubble a réalisées pendant 20 minutes, ont été utilisées dans une vidéo représentant un vol de Phobos autour de Mars. Elles n’ont pas de valeur scientifique mais permettent de voir comment une lune de la planète lointaine évolue autour d’elle.

CERCLE DE PIERRE SUR MARS

Nous arrivons de plus en plus à l’accomplissement de tout ce que nous croyions être des histoires de science fiction tandis que notre technologie est de plus en plus sophistiquée et qu’elle nous mène vers les voyages spatiaux et autres périples au centre de la Terre, ou même la colonisation d’autres planètes.

Mais avant que tout n’arrive, avec les sondes envoyées ici et là aux confins de notre système solaire nous trouverons peut être la preuve ou les signes de formes de vie extraterrestres voire d’une forme de vie intelligente.

Peut être que la réponse la plus inhabituelle est que nous trouverons cette forme de vie intelligente sur Mars, la planète rouge.

Le robot Curiosity de la NASA a pris des milliers de clichés du sol martien et nous avons encore la preuve que des objets très étranges sont sur place.

Dans l’une des photo on peut voir une structure circulaire et de nombreux scientifiques n’ont toujours pas élucidé ce mystère!

Regardez la vidéo ci-dessous pour en savoir plus!

Source: Disclose.tv

HIEROGLYPHE SUR MARS: VIDEO

Il est difficile de croire que c’est un simple rocher, une paréidolie. Même si c’est un bête rocher, qu’est ce qui a bien pu causer sa formation ?

Il est évidemment artificiel, il a l’air de faire un « 8 », est-ce une lettre martienne ou un symbole ? Mais ce n’est pas une formation naturelle.

Disclose.tv

UN CRABE SUR MARS

Cet objet en forme de crabe a été découvert sur Mars. Il a l’air d’être en vie. Ça peut être un animal, ou tout aussi bien une plante. Cela veut dire qu’il y a bel et bien une vie sur la planète rouge. Découverte fantastique que la NASA va évidemment rejeter !

Source: Disclose.tv, le 13 juin 2017

LA FORMATION DE MARS AU SEIN DES ASTEROIDES ?

Ce qu’il faut retenir

  • La formation des planètes est étudiée en utilisant les lois de la mécanique céleste et des simulations numériques. Elles conduisent à suspecter l’existence de migrations planétaires au début de l’histoire du Système solaire.
  • La cosmogonie des planètes est aussi une question de chimie et Mars semble avoir une composition différente de celle à laquelle on pouvait s’attendre.
  • Un scénario de migration planétaire, le Grand Tack, expliquerait cette anomalie en faisant naître Mars au sein de la Ceinture d’astéroïdes.

Dans un article déposé sur arXiv, un groupe de chercheurs suggère maintenant que le scénario du Grand Tack permet aussi de comprendre pourquoi la composition chimique de Mars diffère autant de celle de la Terre et de celles que l’on attribue à Vénus et Mercure.

Un survol rapproché de Vesta recréé à l’ordinateur à partir des images prises par Dawn. Le pôle sud de l’astéroïde géant révèle des falaises de plusieurs kilomètres de hauteur, de profondes rainures, et des cratères. Les conditions de formation de ce paysage sauvage ne sont pas encore claires pour les scientifiques de la mission Dawn. Les collisions avec d’autres astéroïdes peuvent avoir joué un rôle ainsi que des processus internes au tout début de son histoire. Les images sont prises depuis une altitude de 2.700 km et ont une résolution de 260 m par pixel. Pour obtenir une traduction en français assez fidèle, cliquez sur le rectangle blanc en bas à droite. Les sous-titres en anglais devraient alors apparaître. Cliquez ensuite sur l’écrou à droite du rectangle, puis sur « Sous-titres » et enfin sur « Traduire automatiquement ». Choisissez « Français ». © Nasa, JPL-Caltech, Ucla, MPS, DLR, IDA, YouTube

Cosmochimie et mécanique céleste, les clés de l’histoire de Mars

En effet, nous disposons d’échantillons de Mars sous la forme de certaines météorites trouvées sur Terre et qui ont pu être identifiées comme telles, notamment parce qu’elles contiennent des bulles de gaz piégées dont la composition et la signature isotopique sont caractéristiques de l’atmosphère martienne. Cependant l’analyse de la composition des minéraux a conduit à trouver une signature isotopique qui pose problème dans le cadre des scénarios cosmochimiques de la naissance des planètes rocheuses complétés par ceux des simulations numériques basées sur la mécanique céleste.

Ces scénarios laissaient entendre jusqu’à présent que Vénus, la Terre et Mars avaient commencé à se former à partir de matériaux situés à des distances proches du jeune Soleil dans le disque protoplanétaire. Bien qu’il devait exister un gradient chimique dans ce disque, malgré tout turbulent, imposé par la baisse de température relativement à la distance au Soleil et qui gouvernait donc la condensation de certains types de composés (en gros des glaces dans les régions éloignées et des silicates réfractaires dans les régions proches), les chercheurs pouvaient donc s’attendre à des similitudes dans la composition de ces planètes rocheuses du Système solaire.

Il semble que ce ne soit pas le cas, ce qui suggère que Mars ne s’est pas formée dans la région qu’elle occupe actuellement et qu’elle a migré. C’est ce à quoi conduirait le Grand Tack dans les nouvelles simulations effectuées par les chercheurs.

Le lieu de naissance de la Planète rouge se situerait quelque part dans la région de la Ceinture d’astéroïdes si l’on veut tenir compte de toutes les contraintes de la cosmochimie et de la mécanique céleste. Mars s’y serait formée en 5 à 10 millions d’années tout au plus. Puis elle y serait restée quelques millions d’années avant de rejoindre sa position actuelle, en 100 millions d’années environ, sous l’effet de son interaction gravitationnelle avec des corps de la Ceinture. Ceux-ci auraient, en réponse, migré eux-mêmes vers Jupiter dont le champ de gravitation aurait fini par les éjecter du Système solaire.

Ce scénario est intéressant pour l’exobiologie parce qu’il suggère que Mars s’est formée dans une région où elle pouvait capter plus d’éléments volatils, comme de l’eau, que la Terre et Vénus, et aussi être moins sensible au rayonnement du jeune Soleil que ces cousines telluriques, de sorte que les conditions pour l’existence d’une atmosphère favorable à l’apparition et à l’évolution de la vie y étaient peut-être meilleures que ce que l’on pensait.

Interview : trois mythes martiens passés au crible  La planète Mars est souvent l’objet de nombreux fantasmes. Vestiges d’une civilisation extraterrestre, vie martienne ou encore volcanisme mystérieux font partie de ces principaux mythes. Futura-Sciences a interviewé Charles Frankel, planétologue, afin qu’il nous en parle.

LA GLACE FOND SUR MARS EN CE MOMENT

Les images les plus claires d’éboulements dans un cratère du cercle polaire nord de Mars prises à l’aide des caméras de la sonde MRO (Mars Reconnaissance Orbiter) ont été publiées sur le site de la caméra haute résolution HiRISE (High Resolution Imaging Science Experiment).Ces glissements de terrain résultent de la fonte des glaces pendant les périodes de l’hiver martien, a déclaré le chef du projet MRO, Alfred McEwan.

« Ce point sur Mars est la piste la plus impressionnante de glissements de terrain sur la surface de la Planète rouge. Ces rigoles se produisent sur Mars pendant les hivers martiens, lorsque des couches de glace carbonique peuvent apparaître dans les sols. D’autre part, l’hiver dans l’hémisphère nord est beaucoup plus doux et plus court que dans celui du sud, et par conséquent, ces rigoles ne s’y forment pas aussi souvent », explique le scientifique.

Comme les planétologues l’avaient suggéré à l’époque, ces bandes pouvaient être des flux d’eau très salée. Cette eau restait liquide aux températures estivales sur ces pentes atteignant 250 à 300 degrés Kelvin, soit environ moins 23 à plus 26 degrés Celsius. En septembre 2015, après un réexamen des images du MRO, les scientifiques avaient confirmé que ces marques avaient été en effet causées par l’eau, et l’an dernier, ils avaient découvert que l’eau « bouillonnait » en raison des propriétés spéciales de l’atmosphère martienne.

Pendant longtemps, les planétologues ont estimé que les ravines trouvées par McEwan au pôle nord de Mars se formaient de la même manière. En 2015, des scientifiques français ont analysé leur structure et conclu que ce phénomène ne se produisait pas en raison de la fonte de l’eau gelée, mais du dioxyde de carbone, c’est-à-dire une mince couche de CO2 congelé produit dans le sol de Mars en hiver qui pouvait jouer le rôle de « traîneau » glacé sur lequel le sol glissait vers le bas.

https://fr.sputniknews.com/sci_tech/201704221031028378-glace-fond-sur-mars-cratere/

UNE TOUR EXTRATERRESTRE SUR MARS: VIDEO

Un objet sphérique, dont la forme est bizarre pour une planète inhabitée, a été localisé à la surface de Mars par une sonde spatiale de la NASA. C’est sans aucun doute une preuve fiable de l’existence d’une vie sur cette planète, ont immédiatement déclaré des chasseurs d’extraterrestres.

Une sphère qui projette une longue ombre sur la surface poussiéreuse de Mars a été découverte par les chasseurs de civilisations extraterrestres de la chaîne MarsMoonSpaceTV.

Ils sont convaincus que sur un cliché obtenu par la mission spatiale américaine Mars Reconnaissance Orbiter, on voit bien le sommet d’une tour construite par des extraterrestres sur la planète rouge, puisqu’une construction de la sorte ne pourrait être naturelle. Cette sphère mystérieuse a été découverte au fond d’un des plus anciens lacs asséchés de Mars, relate le Daily Mail.

« Le grand objet blanc et sphérique est immanquable. Il y a un objet sphérique massif devant nous, c’est sûr. Si vous regardez autour, sur l’image, vous ne voyez rien de semblable, la sphère elle-même sort de la surface comme un pouce. D’après l’ombre projetée, je dois dire que cet objet est non seulement large mais qu’il peut aussi avoir une certaine hauteur, c’est pourquoi il s’agit, probablement, d’une tour ».

En fait, ce n’est pas la première fois qu’une telle sphère est découverte sur la surface de la planète rouge : un précédent était arrivé au rover martien Curiosity. Les personnes ne croyant pas à la théorie de l’objet extraterrestre pensent que cette sphère est apparue suite à la fonte d’une roche en raison de l’éruption d’un volcan ou de la chute du météorite.

https://fr.sputniknews.com/sci_tech/201703271030646690-mars-complots-mars-extraterrestres/

ARSIA MONS LE VOLCAN DE MARS EST MORT AVEC LES DINOSAURES

Le compte rendu de l’étude a été publié sur le site du centre de vol spatial Goddard (GSFC), qui appartient à la NASA. Les scientifiques ont pu déterminer la période d’activité du volcan Arsiya Mons, située dans la région de Tharsis. Sa taille d’environ 19 kilomètres fait de ce volcan inactif l’un des plus hauts sommets du Système solaire. Il est le deuxième sur Mars après l’Olympus Mons qui lui est deux km plus grand.

Un modèle informatique, mis au point par les scientifiques, a permis de déterminer des caractéristiques de 29 chaînes volcaniques. Leur image a été obtenue grâce à la sonde Reconnaissance Orbiter Mars. Une méthode de calcul, spécialement créée, a permis d’évaluer l’âge des coulées de lave solidifiées. Selon cette étude, l’activité volcanique était très intense au moment où les dinosaures régnaient sur Terre. Il se réveillait tous les un à trois millions d’années.

« Nous estimons que le pic d’activité de l’Arsia Mons a grippé il y a environ 150 millions d’années, lors du Jurassique sur Terre », a déclaré le co-auteur de la recherche Jacob Richardson. « Le volcan s’est éteint il y a environ 50 millions d’années, à la même époque où les dinosaures disparaissaient sur notre planète ».