UN INCENDIE SPATIAL

« Ce n’est que récemment que nous avons eu l’opportunité d’organiser pour la première fois un incendie réel dans l’espace, et les expériences Saffire nous avaient déjà aidé et nous aideront à comprendre comment le feu se comporte en l’absence de gravité », a déclaré David Urban, chef du projet en question et chercheur au Nasa Glenn Research Center.

​Il a ajouté que les autres missions à venir, à savoir Saffire-4, 5 et 6, prévoyaient de provoquer d’autres incendies plus importants qui permettront « de vérifier les premiers systèmes de lutte contre l’incendie ou encore d’éliminer ses conséquences ».

Dans le cadre de ce projet, les scientifiques sont parvenus à étudier l’influence des courants d’air sur la vitesse de combustion du tissu auquel ils avaient mis le feu. De plus, ils ont examiné la façon dont la micro-gravitation affecte la propagation des produits de combustion et leur interaction avec l’environnement.

Selon les astronautes, l’expérimentation s’est avérée fructueuse.

ET SI LA TERRE SERAIT LE CENTRE DE LA GALAXIE ?

Un petit village russe et un trou noir dans un même cliché, c’est possible?

Cette vidéo, montée par l’Agence spatiale russe Roscosmos, présente la vue hypothétique que l’on pourrait avoir si notre planète était située au centre de la Voie Lactée. Un trou noir pourrait se trouver si proche de la Terre qu’on pourrait l’apercevoir à l’œil nu. Cette image surprenante semble si réelle qu’on pourrait croire que c’est vraiment possible!

LA VIE VIENT-ELLE DU VIDE SPATIAL ?

Les plus grands cerveaux s’affairent depuis des siècles à retracer notre histoire par la réflexion en s’appuyant sur les indices laissés ici et là depuis des millénaires, de la première cellule jusqu’à l’Homme. Pourtant, une inconnue demeure encore : comment la vie est-elle apparue sur Terre ? De nombreuses théories sont avancées. L’une d’elles, la « panspermie », suggère que la vie proviendrait de l’espace.

La théorie de la panspermie suggère que la vie se propagerait dans l’espace interstellaire sous forme de germes ou de spores propulsés par les pressions de la lumière. Certains imaginent alors ces « graines » de la vie accrochées à des météorites venant s’abattre sur la Terre, ensemençant notre planète il y a environ 3,5 milliards d’années. L’idée sera prise très au sérieux notamment dans les années 60. Une équipe de chercheurs découvrait alors des traces de molécules organiques (à base de carbone) au sein de météorites « chondrites ». Dès lors, les scientifiques réfléchissent, reformulent et suggèrent alors que la vie n’aurait pas voyagé à bord d’une météorite ou d’une comète, mais que ces corps auraient introduit des molécules prébiotiques à partir desquelles les premières cellules se seraient assemblées.

Toujours dans les années 60, les chercheurs découvrent alors que de plus petits corps, des micrométéorites, s’abattent continuellement sur notre planète (deux fois plus que les météorites). Et contrairement aux météorites, leurs consœurs plus petites renferment du carbone. Il y a environ quatre milliards d’années, alors que la Terre venait de se former, les chercheurs estiment aujourd’hui qu’entre 30 000 à 50 000 milliards de tonnes de carbones ont ainsi été transportées sur notre planète, alors primitive. Mais il ne s’agissait pas que du carbone, les micrométéorites possèdent d’autres propriétés remarquables.

En rentrant dans les hautes couches de l’atmosphère, les micrométéorites engendrent ce que les chercheurs appellent un « volcanisme diffus » par le jeu de réactions chimiques permettant d’enrichir l’atmosphère en oxygène. Dans ces micrométéorites vous retrouverez également de l’eau, des sulfures, des oxydes et des argiles. En d’autres termes, imaginez alors que chaque micrométéorite abattue sur Terre agit comme un petit réacteur dans lequel la vie aurait pu naître.

Source : Dossiers Science

L’article ici :
http://sciencepost.fr/2017/04/vie-vient-de-lespace/

LE VOYAGE DANS LE TEMPS EST POSSIBLE

Pour deux chercheurs, voyager dans le temps, c’est possible !

Les deux spécialistes ont baptisé ce modèle « Traversable Acausal Retrograde Domain in Space-time » et si vous êtes un amateur de science-fiction, vous n’aurez pas raté l’acronyme qui se forme avec les premières lettres : TARDIS. Le nom du vaisseau du Dr Who pour voyager dans le temps, dans la série du même nom.

Tippett et Tsang ont expliqué : « La direction du temps à la surface de l’espace-temps présente une courbure elle aussi. On a la preuve que plus on se rapproche d’un trou noir, plus le temps s’écoule lentement. Bien que ce soit mathématiquement faisable, il n’est pas encore possible de construire une machine à voyager dans le temps car nous avons besoin pour cela de matériaux – que nous appelons “matière exotique” – pour courber l’espace-temps de ces façons impossibles. Mais on doit encore les découvrir… ».

Grosso modo, ce modèle explique qu’une structure construite en matière exotique pourrait plier l’espace-temps dans une sorte de bulle et que si cette dernière se déplace à la vitesse de la lumière, il serait possible de voyager dans le temps. En dehors de l’élaboration d’un modèle mathématique stable, il est très peu probable que nous puissions concrétiser un jour ce dernier.

Mes notions de la théorie de la relativité étant ce qu’elles sont, pour mieux comprendre, le mieux est encore d’aller consulter leurs travaux à cet endroit.

Des chercheurs prouvent mathématiquement, que le voyage dans le temps est possible

LE CERN FABRIQUE DU BIG BANG

Des chercheurs de l’Organisation européenne pour la recherche nucléaire (CERN) ont créé accidentellement une matière faite de quarks et de gluons, de l’époque du Big Bang, a annoncé le journal scientifique Nature Physics. Ils ont réalisé cette percée à l’aide du Grand collisionneur de hadrons, le plus grand accélérateur de particules du monde, situé à la frontière franco-suisse.

« Nous nous réjouissons d’une telle découverte. Nous avons une nouvelle occasion d’étudier la matière dans son état primaire. La possibilité d’analyser le plasma de quarks et de gluons dans des conditions plus simples et plus confortables, telle qu’une collision de protons, nous permettrait d’étudier le « comportement » de l’univers avant et après le Big Bang », a déclaré Federcio Antinori, le porte-parole de la collaboration ALICE au sein du Grand collisionneur de hadrons.

Pour « libérer » les quarks et les gluons en question, des températures extrêmement élevées sont nécessaires. Celles-ci, selon des chercheurs, n’ont existé qu’à l’époque du Big Bang.

https://fr.sputniknews.com/sci_tech/201704261031101220-matiere-primaire-big-bang/

BOUGER DANS UN FAISCEAU LUMINEUX ?

Pour ces deux chercheurs scientifiques à l’Université de Harvard, qui ont publié leurs résultats dans l’Astrophysical Journal Letter, les explosions qui sont observées pourraient être le résultat de voyages extraterrestres : nous verrions en fait les restes des faisceaux conçus par une civilisation lointaine, mis en place pour voyager sur d’immenses distances interstellaires : les lightsails. Si cette technologie était avérée et que l’homme savait la fabriquer, on pourrait atteindre Mars en seulement trois jours… de quoi révolutionner l’exploration spatiale.

Abraham Loeb, le co-auteur de cet étude, explique être allé « au plus simple » et par élimination. Tout ceci reste bien évidemment une hypothèse, mais pour les scientifiques, elle ne brise pas les lois de la physique.

Pour le moment, aucune preuve non plus des lightsails, sinon qu’ils sont une explication possible à ces explosions lumineuses qui ont été constatées, et qui, selon les scientifiques, doivent être d’une extrême puissance pour que l’on puisse les apercevoir à des millions d’année-lumière.

Et pour les sceptiques, Loeb répond :

« On ne devrait pas se laisser guider par nos préjugés quand on étudie ce qu’il peut y avoir, là-bas, dans l’Univers. […] Je pense que l’on doit se contenter d’observer, et lorsque l’on voit quelque chose d’inhabituel, on doit alors réfléchir et penser à la possibilité que cela puisse provenir d’une source artificielle, construite. Il n’y a rien de négatif à cela, c’est un apprentissage par l’expérience. »

SOURCE

DES SIGNAUX DEPUIS DES VAISSEAUX EXTRATERRESTRES ?

Une nouvelle étude parue dans la revue « The Astrophysical Journal Letters » suggère que les FRB (en anglais « Fast Radio Bursts ») pourraient avoir une origine « artificielle » et être le signe d’une technologie extraterrestre avancée, en l’occurrence un gigantesque radio émetteur construit par une intelligence extraterrestre.

 

« Les sursauts radio rapides sont excessivement lumineux étant donné leur courte durée et leur origine très lointaine. Et nous n’avons pas identifié une source naturelle possible avec certitude », affirme dans un communiqué Avi Loeb du Harvard-Smithsonian Center for Astrophysics et co-auteur de l’étude. « Une origine artificielle vaut la peine d’être envisagée et vérifiée ».

D’après les conclusions d’Avi Loeb et Manasvi Lingam de la Harvard University, un émetteur radio alimenté par l’énergie solaire pourrait effectivement envoyer des signaux avec des caractéristiques similaires aux FRB à travers le cosmos.

Selon eux, l’explication la plus plausible pour expliquer ce phénomène est que « que les sursauts radio rapides sont des rayons créés par des civilisations extragalactiques potentiellement pour alimenter des voiles solaires ».

Loeb et Lingam ont conclu que la quantité d’énergie envisagée serait suffisante « pour propulser un chargement d’un million de tonnes ou d’environ 20 fois la taille des plus grands navires de croisière sur Terre. C’est suffisant pour transporter des passagers sur des distances interstellaires voire intergalactiques ».

D’après la théorie des deux chercheurs, les FRB détectés seraient des sortes de « fuites » de ces lasers puissants qui bombarderaient en continu les vaisseaux. Quant à leur caractère bref, il s’expliquerait par le déplacement de la voile, de sa planète hôte, son étoile et sa galaxie par rapport à la Terre.

Avant la détection des 10 sursauts radio rapides en Mars 2015, on pensait que les rafales ne représentaient que des événements ponctuels provenant de différents endroits de l’espace. La raison pour laquelle les chercheurs demeurent à présent dans l’ignorance n’est pas due au fait que les FRB soient rares mais plus qu’ils soient de courte durée. Sachant que l’on estime à environ 2.000 le nombre de FRB quotidien. En astronomie, les sursauts radio rapides (fast radio burst, FRB), ou sursauts Lorimer (Lorimer burst), sont des sursauts d’ondes radio d’une durée de quelques millisecondes.

 
Ce n’est qu’en 2007 que les FRB ont véritablement été découverts et que les chercheurs ont été assez réactifs pour observer l’événement en temps réel.

A l’heure où 16 signaux ont été détectés en provenance de la même zone, les scientifiques peuvent enfin commencer à réduire la liste des explications potentielles.

Les 10 premières salves radio détectées en provenance de cette seule région ont d’abord été identifiées en Mars de cette année, mais se sont aussi produites en Mai et Juin de l’année 2015.

Six des rafales ont été enregistrés par le radiotélescope d’Arecibo à Porto Rico en seulement dix minutes, puis quatre autres signaux de manière plus étalés au cours du mois d’après, mais tous issus du même endroit.

Lorsque les membres de l’équipe ont rétrospectivement analysé les données, ils ont également observé un FRB datant de 2012 et qui semblait toujours provenir de la même zone, produisant donc régulièrement des signaux extrêmement courts et intenses.

Cette nouvelle zone a même été baptisé FRB 121102 par une équipe de chercheurs de l’Université McGill au Canada.

Sources : ARXIV ; WASHINGTONPOST

VOILA A QUOI RESSEMBLE LES EXTRATERRESTRES PROCHE DE NAINES ROUGES

Un extra-terrestre amphibie, doté d’une bouche et de puissantes pattes antérieures

D’après le spécialiste, donc, les créatures vivant sur des planètes situées à proximité d’une naine rouge auraient de fortes chances d’être amphibies. Une histoire de probabilités. Intéressant, mais ce n’est pas fini, car il pense aussi que ces animaux devraient être équipés de plaques blindées afin de protéger leur chair et leurs organes de l’intensité de leur étoile, des débris spatiaux et des prédateurs.

Le Dr. Choo pense d’ailleurs que ces extra-terrestres auraient de grandes chances de se nourrir de plantes et d’algues. L’évolution des espèces étant principalement conditionnées par les impératifs liés à l’environnement, ces créatures devraient du coup d’être dotées d’une bouche capable d’aller chercher des aliments situés au sol pour les faire remonter ensuite.

Afin d’assurer leur survie, elles devraient également être dotées de puissantes pattes antérieures afin de pouvoir écarter les rochers et accéder ainsi à la nourriture se trouvant en dessous. Des pattes qui leur permettraient aussi de se creuser un abri, voire même de s’enterrer.

Après avoir fait la liste de toutes les caractéristiques – présumées – de cet extra-terrestre, le chercheur a contacté un designer du nom de Steve Grice afin de réaliser un modèle en trois dimensions. Il peut être consulté sur Sketchfab, ou par le biais du lecteur intégré à la fin de cet article.

NOS CELLULES SONT VIVANTES LORSQUE NOUS MOURRONS

Une nouvelle étude, récemment menée, vient suggérer que nos cellules continueraient de vivre plusieurs jours, voire plusieurs semaines, après notre mort…

Surnommé « Twilight of Death », ce processus ne vous semble peut-être pas commun, et pourtant. Cette activité cellulaire post-décès, indique que la mort serait en réalité un processus d’arrêt progressif et non un arrêt immédiat. C’est du moins ce qu’affirme une récente étude.

Dans cette étude, publiée dans la revue Open Biology, les chercheurs ont constaté que de nombreuses cellules, en particulier les cellules souches, survivent plusieurs semaines après la mort d’un individu. Dans certains cas, l’activité cellulaire a été vu à la hausse.

Des cellules souches survivent après notre mort

Mais ce n’est pas tout. Un processus connu sous le nom de transport de gènes, qui est un comportement cellulaire associé au stress et à l’inflammation, a également été vu en pleine expansion après la mort du sujet.

Aujourd’hui, les résultats de cette recherche ont une importance capitale pour la science. En effet, dans un avenir, ils pourraient venir changer la méthode de traitements de certains patients, la transplantation des organes, mais aussi rallonger la vie.

« Lorsque nous mourrons, toutes nos cellules ne meurent pas instantanément », a déclaré l’auteur de la recherche, Peter Noble. « Chaque cellule possède sa propre durée de vie ».

Source : http://documystere.com/histoires-legendes/twilight-of-death-la-vie-apres-la-mort/

OVNI SURPRENANT – ST LAURS – DEUX-SÈVRES (DÉP.79)

Observation Ovni 2016: le 07/08 à 3h40 – Un phénomène ovni surprenant – St laurs – Deux-Sèvres (dép.79)

Prénom ou pseudo : MOI

Ville: St laurs
Département: Deux-Sèvres (dép.79)
Région: Poitou-Charentes
Pays: France
Date: 07/08/2016
Heure du début de l’observation: 3h40
Durée de l’observation: 1seconde

Conditions météo: ciel dégagé
Nombre de témoins: 2
Type de phénomène: Un phénomène ovni surprenant
Signalement officiel: Non

Récit complet de l’observation:

Description précise:
Couleur: brillant
Taille du phénomène:
Comportement:
Trajectoire: nord-ouest – nord-ouestprécisé
Bruit spécifique: Non
Odeur spécifique: Non
Direction de l’objet en fonction du vent: je ne sais pas
Présence d’installations: non précisé
Photo semblable: Aucune photo
Tableau: Aucune photo

Annexes (photos, vidéos, carte):

fhkrsj10

@46.5291919,-0.5890805,438m

Enquête de terrain demandée: 
Enquêteur en charge du dossier:

Mots clés : Ovni,Ufo, Ufologie, Témoignages, Poitou-Charentes, France, 3h40, 07, ,

Je certifie sur l’honneur l’exactitude des renseignements communiqués et l’authenticité des documents fournis. Je ne sais pas identifier ce phénomène merci à l’avance pour vos réponses.

Cordialement MOI

Source:  http://www.forum-ovni-ufologie.com/t21092-2016-le-07-08-a-3h40-un-phenomene-ovni-surprenant-ovnis-a-st-laurs-deux-sevres-dep-79#ixzz4HfI34iXl